Comptabilité

La valorisation des stocks à l'entrée et à la sortie

La valorisation des stocks se fait en comptabilité de gestion et les stocks sont constitués et valorisés à chaque étape du processus de production  d'une entreprise. Cette valorisation est le résultat d'un calcul qui doit, selon le plan comptable général, tenir compte de la sous-activité.

Les stocks sont donc valorisés à l'entrée à leur coût d'achat ou de production et à la sortie, selon une méthode unique, choisie par l'entreprise. L'objectif de cette valorisation est la mise en place d'un inventaire permanent.
 
La valorisation des stocks à l'entrée : coût d'achat ou coût de production
 
Les coûts d'acquisition et de production résultent de l'addition de différents éléments dont la prise en compte ou non dépendra aussi du cycle de rotation des stocks. Un cycle long obligera parfois à tenir compte des coûts de stockage.
 
 

  • Le coût d'acquisition des matières premières, approvisionnements et marchandises

 
Le calcul du coût d'acquisition des stocks tient compte de tous les éléments directements attribuables aux biens acquis. Il s'agit du prix d'achat diminué des taxes récupérables, des frais de transport et manutention, des droits de douane etc.
 
Relativement simple en apparence, le calcul du coût d'acquisition peut devenir complexe avec les frais accessoires d'achat qui peuvent comprendre des frais variables et plus rarement des frais fixes. Par nature exclus, il peut arriver que certains frais fixes soient directement attribuables au coût d'acquisition. C'est le cas de certaines opérations de transport effectuées par l'entreprise.
 

  • Le coût de production des éléments fabriqués

 
Le plan comptable général précise que le coût de production des stocks comprend  les coûts directement liés aux unités produites et les frais généraux de production, variables ou fixes.
 
Les charges variables à incorporer dans les coûts de production des stocks dépendent directement ou indirectement du volume de production. Ce sont les matières et fournitures utilisées et valorisées à leur sortie de stocks ou encore la main d'oeuvre.
 
Les frais généraux variables ou fixes sont des coûts indirects de production. La main d'oeuvre indirecte, les amortissements, l'entretien des bâtiments en font partie.
 
 

  • La prise en compte de la sous activité dans l'évaluation des stocks

 
C'est aussi dans la détermination des coûts de production que le plan comptable général oblige à tenir compte de la sous-activité. Une sous-activité qui dépend du niveau normal d'activité, pas toujours facile à définir.
 
C'est l'affectation des frais fixes qui sera modifiée. Cette affectation est fondée sur la capacité de production considérée comme normale. En cas de sous-activité ou de sur-activité, ces frais ne changent pas.
 
L'objectif de la méthode est d'obtenir des coûts unitaires qui ne tiennent pas compte des variations d'activité. La méthode utilisée est celle de l'imputation rationnelle des charges fixes. Elle permet de corriger les charges fixes à incorporer du rapport activité réelle sur activité normale. Si ce rapport vaut 90%, l'incorporation des charges fixes au coût de production des stocks sera limitée à 90% du montant de ces charges. Les 10% restant sont la perte due à la sous-activité.
 
La quote-part de frais fixe non affectés aux stocks est comptabilisée dans les charges de l'exercice et est déductible sur le plan fiscal.
 

La valorisation des stocks au moment de leur utilisation ou sortie
 
La valorisation des stocks à la sortie se fait selon différentes méthodes au choix :

 

  • le coût moyen unitaire pondéré ;
  • les méthodes d'épuisement des lots (PEPS et DEPS)
  • les coûts approchés ou préétablis.

 
Le coût moyen unitaire pondéré en fin de période ou après chaque entrée est une moyenne. Il s'agit de prendre la valeur des quantités en stocks, de rajouter la valeur des entrées et de diviser par les quantités pour obtenir un prix moyen.
 
Les méthodes d'épuisement des lots font correspondre coût d'entrée et coût de sortie des éléments stockés. Soit les sorties sont prises en priorité sur les entrées les plus récentes (dernier entré, premier sorti ou DEPS), soit elles sont prises en fonction de leur ancienneté (premier entré, premier sorti ou PEPS).
 
Le coût approché ou coût préétabli permet d'utiliser une estimation ou un coût prévu en attendant le calcul des coûts réels et la régularisation correspondante.
 
Parmi ces méthodes, le plan comptable général permet l'utilisation du CMUP, de la méthode PEPS et des coûts approchés ou préétablis. L'utilisation de la méthode DEPS oblige à effectuer des retraitements en comptabilité financière. Elle n'est pas admise.
 

Pour aller plus loin :

Pour plus d'informations sur le suivi, la valorisation et la comptabilisation des stocks, nos formateurs vous attendent les 18 et 19 septembre prochains.