• Accueil
  • Actualités
  • Veille
  • Les suites de la loi Alur : publication de la loi du 20 décembre 2014
Immobilier

Les suites de la loi Alur : publication de la loi du 20 décembre 2014

La loi Alur du 24 mars 2014 a renforcé l’information de l’acquéreur d’un lot de copropriété. La loi de simplification de la vie des entreprises du 20 décembre 2014 prévoit l’allégement de ce dispositif.

Tout d’abord, le gouvernement se voit autorisé à prendre par ordonnance toute mesure pour simplifier les modalités d’information des acquéreurs des lots de copropriété et en préciser le champ d’application. Sont visées les dispositions relatives aux pièces à annexer à la promesse de vente et au point de départ du délai de rétractation (articles L 721-2 et L 721-3 du code de la construction et de l’habitation). 

Ensuite, la loi Alur imposait, dans toute promesse de vente ou d'achat, tout contrat réalisant ou constatant la vente d'un lot ou d'une fraction de lot, la mention de deux superficies, la surface habitable et la superficie de la partie privative. Depuis le 22 décembre 2014, ces deux notions sont supprimées et remplacées par la seule notion de superficie, dite « Carrez ».
Enfin, dans le cadre de la lutte contre l’habitat indigne, la loi Alur a créé une interdiction d’acquérir pendant cinq ans. Celle-ci s’est accompagnée d’une obligation pour le notaire de consulter le casier judiciaire de l’acquéreur préalablement à toute vente immobilière.  Ce dispositif est provisoirement abrogé et sera rétabli le 1er janvier 2016.
Loi 2014-1545 du 20 décembre 2014 : JO 21 p. 21647.


 
Pour en savoir plus sur l’impact de la loi Alur sur votre pratique :

  • Baux ruraux
    Immobilier

    Destiné à la mise à disposition de terres ou de bâtiments à usage agricole, le bail rural [TU1] est conclu entre un propriétaire et un exploitant. Ce type de contrat est défini par le Code rural et de la pêche maritime dans ses articles L. 411-1 à L. 411-78. Retour sur les types de convention...

  • Baux ruraux
    Immobilier

    Dans le cadre d’un bail rural, un propriétaire agricole met à disposition des bâtiments ou des terres à un exploitant. En échange, le contrat prévoit le paiement d’un loyer (fermage) ou la fourniture d’une partie de la récolte (métayage). Rédigé impérativement par écrit (sous seing privé ou par acte...