• Toutes nos formations
    • Fiscalité
    • Patrimoine
    • Immobilier
    • Comptabilité
    • Consolidation-Normes IFRS
    • Compliance, audit et risques
    • Gestion-Finance
    • Paie
    • Droit social-GRH
    • Droit des affaires
    • Banque-Assurance
    • Performance individuelle et collective
  • Francis Lefebvre formation
    • L'entreprise
    • Nos valeurs
    • Nos équipes
    • Nos 6 engagements clients
    • Nos clients
  • Pédagogie
    • Notre expertise pédagogique
    • Nos intervenants
    • Innovations
    • Notre offre de formation
    • Nos homologations
    • Nos partenaires
  • Blog
    • Toutes nos actualités
    • Évènements
  • Infos pratiques
    • Comment vous inscrire
    • FAQ
    • Nos centres de formations
    • Plan d'accès
    • Étapes-clés de votre formation
  • Contactez-nous
  • Accueil
  • Actualités
  • Veille
  • L’alliance du DAF et du DSI pour entrer dans l’ère du Big data
Gestion-finance

L’alliance du DAF et du DSI pour entrer dans l’ère du Big data

  • La collaboration de la direction financière et de la DSI
  • Double casquette - Lorsque le DAF joue un rôle de DSI
  • Témoignage d’Alain Autechaud, « DAF 2.0 » chez Novelty
  •  La collaboration de la direction financière et de la DSI Leur relation  joue un rôle de plus en plus important dans la transformation digitale de l’entreprise.

Deux tiers des entreprises françaises (63 %) considèrent que le Big data est un concept intéressant mais encore trop flou,  difficile à appréhender tant en termes de transformation organisationnelle, de stratégie, de ROI que de gestion et de formation des compétences, selon une étude du cabinet EY. Cet aveu d’impuissance s’explique notamment par un manque de vision 360° de la data : la moitié des entreprises interrogées reconnaît que l’absence « d’un plan d’action clair qui constitue une feuille de route pour l’ensemble de l’entreprise » est un frein à une exploitation optimale des données clients.
 
Dans ce contexte, la collaboration de la direction financière et de la DSI s’avère cruciale pour orchestrer la mise en musique de la transformation digitale de l’entreprise. Finies donc les guerres de chapelle entre une direction des systèmes d’information renvoyant l’image d’une boîte noire hermétique d’un côté, et une direction financière donnant l’impression d’être inaccessible dans sa tour d’ivoire, de l’autre. L’heure est plutôt à la relation collaborative au bénéfice des deux parties. Pour le DAF, la donnée se fait plus accessible et plus utilisable, avec des capacités analytiques évoluées, et une meilleure compréhension de la valeur business des IT.

Pour le DSI, la direction financière apporte une meilleure capacité de gérer les coûts d'intégration des nouvelles initiatives technologiques, et éventuellement de bénéficier d'un appui pour leur financement.
 

  • Double casquette - Lorsque le DAF joue un rôle de DSI

Ce dialogue est nourri par les problématiques techniques liées aux paramétrages des ERP ou à la mise en place d’un système de dématérialisation des factures, mais aussi par l’initiation des projets de cyber-sécurité, devenue la première des priorités pour les deux-tiers des directeurs financiers. L’enjeu majeur est d’adapter le système d’information à la multiplication des flux de données et d’optimiser leur exploitation.
 
La montée en puissance du Saas et l’approche intégrée des éditeurs de logiciels ont démocratisé l’accès à des solutions sophistiquées, à condition de savoir interfacer les différentes briques du système d’information…
Quoi de mieux pour garantir cette collaboration que de doter la même personne d’une double casquette DAF et DSI ? C’est la voie adoptée par de plus en plus de PME et ETI. Selon un sondage réalisé en ligne en 2014 par le cabinet d’audit BDO et le spécialiste du recrutement Fed Finance auprès de 62 directeurs financiers d’entreprises françaises toutes tailles confondues, 44 % d’entre eux ont déclaré que la direction des systèmes d’information était rattachée à la direction financière. Et 50 % des sondés estiment que la direction des systèmes d’information doit être sous la coupe de la direction financière pour gagner en efficacité. Une preuve de plus de la mutation du rôle du DAF sous l’impulsion de l’évolution des technologies de l’information et l’émergence de l’entreprise numérique.
 

  • Témoignage d’Alain Autechaud, « DAF 2.0 » chez Novelty

 « Mon rôle de DAF 2.0 est de maîtriser la gestion des risques »
Chez Novelty, leader français de la prestation technique événementielle, qui emploie près de 200 collaborateurs permanents pour 40 millions d’euros de chiffre d’affaires, Alain Autechaud revêt la double casquette DAF et DSI. Ce qui lui a permis de mener tambour battant le projet de transformation du système d’information.
« Notre groupe s’est constitué par croissance externe et nous nous sommes retrouvés au fil des rachats avec une dizaine de systèmes d’exploitation ne communiquant pas entre eux » témoigne le directeur financier de Novelty. « En quatre ans, j’ai réussi à basculer l’ensemble sur trois progiciels avec l’objectif de nous recentrer sur deux outils en 2017 et un seul et unique ERP en 2020. »
Pour susciter l’adhésion des collaborateurs face à ces changements qui bousculent leurs habitudes de travail, le DAF les a appâtés avec des fonctionnalités qui leur facilitent la vie. « Du coup, ce sont les salariés qui sont devenus demandeurs de la migration vers un système unifié » se félicite Alain Autechaud qui s’est fixé quelques règles d’or pour mener à bien son projet : « Je n’interviens pas sur les demandes d’exploitation puisque je fais confiance aux hommes de l’art qui connaissent mieux les spécificités de leur métier que je ne pourrais le faire. En revanche, je les aiguille sur le respect des process, du contrôle interne et je suis garant de l’efficacité de l’intégration. »
Bien sûr, il intervient aussi dans les arbitrages relatifs au budget et au choix des prestataires.
 
Transformation numérique
Le DAF et DSI a piloté ces multiples migrations auprès des éditeurs avec pour seul impératif : avoir la certitude de retrouver toutes les informations sur des univers connus.
« Mon rôle de DAF 2.0 est de maîtriser la gestion des risques », soutient Alain Autechaud, « Je suis le mieux placé pour appréhender tous les risques liés au déploiement des nouveaux systèmes d’information et coordonner les besoins des différents départements de l’entreprise. »
En donnant l’exemple avec le sien qui a déjà intégré de manière avancée le concept de Big data et de transformation numérique : « Nous sommes en cours de digitalisation de toutes nos factures fournisseurs, ce qui automatisera tout le process et ne nécessitera plus l’intervention du service comptable pour la saisie, la validation ou le paiement. Par conséquent, je suis en train de préparer la reconversion des comptables fournisseurs vers un autre métier à plus forte valeur ajoutée, les impliquant plus dans le contrôle interne et l’exploitation. »

  • gestion-finance
    Gestion-finance

    Les fonctions financières ne sont pas épargnées par les nouvelles attentes portées par la génération Y. Besoin de reconnaissance et quête de sens remettent en question les méthodes de management traditionnel. A l’heure où les entreprises se cherchent une raison d’être autre que le profit, où l...

  • gestion finance
    Gestion-finance

    Les reprises à la barre constituent un outil de croissance externe qui peut, sous certaines conditions, s’avérer très profitable pour le repreneur. Mais la réussite d’un tel projet relève d’une équation complexe dont il faut maîtriser plusieurs paramètres. Reprendre une entreprise à la barre du...