• Accueil
  • Actualités
  • Veille
  • Gérer les finances d’une entreprise avec des taux d’intérêt négatifs
Gestion-finance

Gérer les finances d’une entreprise avec des taux d’intérêt négatifs

Face à la situation inédite de taux d’intérêt négatifs, beaucoup de directions financières perdent leurs repères et ne savent plus à quel saint se vouer. Décryptage avec Pascal Quiry, co-auteur du Vernimmen, qui prévient contre les comportements à risques dans ce contexte !


La baisse du prix du pétrole combinée à une faible croissance économique en Europe avaient déjà entrainé une chute des taux d’intérêt à long terme à leur plus bas niveau historique. À ce soutien de nature très keynésienne, est venu se rajouter l’impact de la politique de Quantitative Easing d’envergure de la BCE. En résulte un record de taux bas jamais atteint depuis le début des statistiques dans ce domaine sous Louis XV. « Pendant longtemps, on a cru qu’un contexte de taux d’intérêts négatifs était tout simplement impossible, rappelle Pascal Quiry. Si nous avons déjà vécu très ponctuellement des périodes de taux bas par le passé, ce fut pendant de courts laps de temps et jamais de cette ampleur. Cette situation est à rebours de tout ce que les directeurs financiers ont appris à l’école ! »

Face à ce changement de paradigme pour le moins déroutant, la tentation de vouloir trouver des placements rémunérateurs pour la trésorerie de l’entreprise ne va pas sans risque… « Gare aux fausses bonnes idées pour contourner les taux négatifs afin d’essayer de sauvegarder le capital, prévient Pascal Quiry. Quand le taux de placement auprès de la BCE est de -0,4 %, se tourner vers des placements qui rapportent 0,1 à 0,3 % engendre fatalement un risque. » L’expert cite en exemple les directeurs financiers qui ont cédé aux sirènes des placements en Livre Sterling qui rapportaient de l’ordre de 1% en début d’année mais ont perdu plus de 13% avec la chute de la monnaie britannique au lendemain du Brexit…
Par conséquent, quelle que soit la promesse de placement plus attractif, il ne faut pas perdre de vue la règle d’or du trésorier d’entreprise qui est de placer au taux du marché pour préserver la liquidité et sauvegarder le capital même s’il est rogné par des taux négatifs.
 
La tentation de l’endettement
De l’autre côté du spectre, le raisonnement selon lequel « c’est le moment où jamais de s’endetter » fait florès aussi bien chez les particuliers que chez les gestionnaires des finances des entreprises. Ainsi, selon les chiffres de la Banque de France livrés au 1er janvier 2016, les encours de crédits bancaires ont progressé de 3 % sur un an pour atteindre 715 milliards d’euros. À noter par ailleurs que les très grandes entreprises ont largement profité du contexte de taux bas puisque sur cette typologie d’entreprises, les encours de crédits ont bondi de 7,5 % sur un an.

Mais cette course à l’endettement peut mener à des décisions désastreuses quand elle est seulement dictée par l’opportunisme « Car il ne faut pas confondre les intérêts et le capital, ironise Pascal Quiry. Si les intérêts à rembourser peuvent paraître en effet dérisoires et inciter à un taux d’endettement excessif, le capital, lui, sera toujours au passif de l’entreprise et pourrait grever lourdement son bilan si la dette faisait l’objet d’investissements hasardeux. » Une dette quasi-gratuite à elle seule ne saurait constituer une stratégie d’investissement et générer de la croissance dans un contexte de demande anémique.

« Le climat de méfiance face aux problèmes non résolus des retraites et du déficit budgétaire incite les ménages à la thésaurisation et perpétue l’attrition de la demande », analyse Pascal Quiry. Les faibles taux de croissance de l’investissement des entreprises françaises ces dernières années malgré l’afflux de liquidités sont là pour le rappeler…

Save the date ! Le 7 octobre 2016, nous vous invitons à participer gratuitement à la conférence « LES RENCONTRES FINANCE D’ENTREPRISE : VERNIMMEN - LES SUJETS D‘ACTUALITÉ DE L’ÉDITION 2017 », un événement en partenariat avec Pascal Quiry et Yann Le Fur.

  • associations_nouveau_reglement_de_l_anc_2022_04
    Gestion-finance

    L’ANC (Autorité des Normes Comptables) a adopté le 30 juin 2022 le règlement n°2022-04 en modification des dispositions relatives au secteur non lucratif du règlement n°2018-06. Ce nouveau règlement est cours d’homologation. Le règlement n°2022-04 intègre de nouvelles dispositions à la suite des...

  • ERPD
    Gestion-finance

    Depuis décembre 2018, l’instruction M22 est désormais la norme comptable de droit commun pour tous les établissements et services médico-sociaux (ESMS), quels que soient leur activité, leur financement (par tarification ou non) et leur gestionnaire. L’état des prévisions de recettes et de dépenses...