Paie

Edito Newsletter Paie

Après le report de l’entrée en vigueur du prélèvement à la source (cf. notre chiffre clé du mois), de grandes réformes sont annoncées pour la rentrée et elles ne manqueront pas d’impacter la paie. En attendant, nous vous proposons un petit tour d’horizon des dernières nouveautés législatives, réglementaires et jurisprudentielles. Avec au programme de cette dernière newsletter paie avant l’été : les impacts en paie de la dernière convention d’assurance chômage, le décret sur les nouvelles modalités de calcul des plafonds de cotisations. Mais également des décisions jurisprudentielles qui modifient ou valident vos pratiques sur les avantages en nature, sur le décompte des congés payés et sur le calcul de l’indemnité de licenciement.

Commençons d’ailleurs par ce dernier point : comment calculer l’indemnité de licenciement pour un salarié en arrêt maladie ?
La Cour de cassation s’est prononcée sur ce sujet dans un arrêt du 23 mai dernier (Cour de cassation, Chambre sociale, 23 mai 2017, 15-22.223). L’indemnité de licenciement se calcule en fonction d’un salaire de référence. Ce salaire de référence correspond, selon la formule la plus avantageuse, soit au douzième de la rémunération des 12 derniers mois précédant le licenciement, soit au tiers de la rémunération des 3 derniers mois (art. R.1234-4 du Code du Travail). En l’espèce une salariée était en arrêt maladie depuis plusieurs mois lorsqu’elle a été licenciée pour inaptitude. Hors sur les derniers mois sa rémunération avait été réduite du fait de cette absence maladie (prime d’objectifs, heures supplémentaires etc.).

La salariée demande le paiement d’un reliquat d’indemnité de licenciement correspondant à ce manque à gagner. La Cour d’appel refuse de faire droit à sa demande au motif « qu'en l'absence de dispositions le prévoyant dans la convention collective, la salariée ne peut prétendre à ce que le montant de son indemnité soit calculé sur la base des salaires qu'elle aurait perçus si son contrat n'avait pas été suspendu ».

La Cour de cassation a cassé cette arrêt en considérant que le salaire de référence devait être calculé « selon la formule la plus avantageuse pour le salarié, celui des douze ou des trois derniers mois précédant l'arrêt de travail pour maladie ». La Cour de Cassation se fonde sur le principe de non-discrimination lié à l’état de santé.

Pour sécuriser le calcul des indemnités de rupture, Francis Lefebvre Formation vous propose de faire le point sur la question en 1h30, sans quitter votre bureau, avec sa webformation Indemnités de rupture du contrat de travail : les conséquences en matière de gestion de la paie (Webformation)
Pour vous accompagner dans le décompte et l’établissement de soldes de tout compte conformes à vos obligations, Francis Lefebvre Formation vous propose sa Formation Le solde de tout compte et pour suivre l’actualité en paie tout au long de l’année son Club Actualité de la paie

  • Fiche de paie
    Paie

    Lors du versement du salaire, l’employeur remet au salarié une fiche de paie. Ce document doit contenir plusieurs informations listées par les articles R. 3243-1 et suivants du Code du travail. Retour sur les mentions obligatoires à faire figurer sur la fiche de paie en 2022. L’identification des...

  • Subrogation de salaire
    Paie

    Lorsqu’un salarié fait l’objet d’un arrêt de travail, il perçoit des indemnités journalières de Sécurité sociale. Toutefois, dans certaines situations, ces indemnités sont directement versées à l’employeur, ce dernier est alors subrogé dans les droits du salarié. Conditions d’application et mise en...