Le directeur financier, vers un rôle de business partner

Plus imbriqué dans la stratégie business, le directeur financier voit son rôle évoluer à mesure qu’il se saisit des principaux défis de transformation de son entreprise. La valorisation de la fonction de DAF passe aussi par une compréhension plus fine des enjeux opérationnels, bien au-delà du seul prisme financier.

À la fois chef d'orchestre et copilote, plus pointu et plus transversal, le rôle du DAF a considérablement évolué ces dernières années. La première raison est l’arrivée  de ces CFO de nouvelle génération, formés aux meilleures écoles de commerce et dont le périmètre va bien au-delà de la gestion comptable. La seconde est la conjonction de plusieurs facteurs : la sophistication des moyens de financement, l’apparition de nouveaux risques auxquels sont confrontées des entreprises plus exposées à l’international, et enfin, le défi incarné par la maîtrise du Big Data.

Cette mutation est parfaitement illustrée par une étude d'Accenture menée auprès de plus de 600 cadres de la finance fin 2014. Selon ce rapport, la majorité des défis auxquels les DAF s'estiment confrontés sont désormais liés à la nécessité de gérer différents systèmes informatiques (55 %), au besoin de répondre aux attentes de toutes les parties prenantes de l'entreprise (48 %), à la gestion des nouveaux risques liés au métier (46 %) ou encore à la complexité croissante des modèles d'exploitation (28 %). Corollaire de cette appropriation du défi numérique de leur entreprise, l'étude montre que les DAF ont également gagné en influence. En effet, près des trois-quarts des répondants estiment que l'influence des directeurs financiers sur la prise de décisions stratégiques s'est intensifiée depuis deux ans.
 
Compréhension du business
Pour être à la hauteur de ces nouveaux enjeux, le CFO doit à la fois descendre sur le terrain avec les opérationnels et déployer sa fonction de manière transversale en coordination avec les autres fonctions de l’entreprise. Multi-casquettes dans les PME et ETI, son périmètre d’action englobe souvent les ressources humaines, parfois les services juridiques et de plus en plus les systèmes d’information, mais ses interactions avec les directions marketing et commerciales restent encore rares.

Or la mutation vers le rôle de business partner passe aussi par l’implication du CFO dans le marketing de son entreprise. Dans ce cadre, le binôme directeur financier/directeur marketing a fait l’objet d’une récente étude d’EY qui a porté sur 652 CFO au niveau mondial, avec des résultats plutôt prometteurs : la majorité des DAF (54%) déclarent que leur collaboration avec le directeur marketing s’est renforcée au cours des 3 dernières années et 63% affirment être de plus en plus impliqués dans l’élaboration des plans marketing. Cette collaboration croissante à la stratégie de fonctions, auparavant chasses gardées des directions marketing et commerciale, est le meilleur symbole de l’importance du directeur financier, souvent hissé au rang de numéro deux après le CEO.

Dans les PME et ETI, il devrait détenir la même compréhension du business et des enjeux stratégiques de l’entreprise que le PDG, mais avec une approche de maîtrise des risques complémentaire au focus développement du dirigeant. Sauf que cette complémentarité du binôme PDG/DAF reste très liée à la maturité du dirigeant d’entreprise qui est encore parfois réticent à s’entourer d’un cadre à sa mesure et à partager l’information et le pouvoir…


A voir aussi :