• Accueil
  • Actualités
  • Veille
  • Devez-vous vous préparer à une remontée des taux d’intérêt ?
Gestion-finance

Devez-vous vous préparer à une remontée des taux d’intérêt ?

Après une période historique de taux anormalement bas, la mécanique de remontée des taux semble désormais enclenchée par la banque centrale américaine, avec des incidences sur le marché des taux longs européens et, à terme, sur les conditions de financement des entreprises.

L’élection de Donald Trump signe-t-elle la fin des taux structurellement bas qui ont caractérisé les économies occidentales depuis deux ans ? Il est certes trop tôt pour tirer des conclusions définitives. Personne n’a oublié le rebond des marchés après le vent de panique post-Brexit. Mais depuis l’élection du candidat républicain, les taux d’intérêt ont brutalement rebondi, provoquant la fuite d’investisseurs redoutant des pertes en capital. À cet effet Trump, dont on ne mesure pas la pérennité, il faut ajouter le revirement plus structurel de la politique monétaire de la Fed. Car il est désormais acquis que la banque centrale américaine va procéder à plusieurs hausses de son taux directeur, compte tenu de l'état toujours assez favorable de l'économie américaine, et d'une situation proche du plein emploi qui provoque des hausses de salaires, source d'inflation. Une remontée certes graduelle : proches actuellement de 1%, les taux d'intérêt à trois mois aux Etats-Unis pourraient approcher les 2% d'ici 2020. 
 
Effet de contamination
Avec un effet de contamination classique sur le continent européen. D’ores et déjà, la vague de remontée des taux obligataires partie des Etats-Unis a atteint l’Europe où le rendement des emprunts français a doublé en quinze jours.  Le taux français à dix ans se négociait le 18 novembre à près de 0,7 % (contre 0,35 % le 31 octobre), tandis que, à la même date, le taux allemand s'élevait à 0,3 % (il évoluait encore en zone négative fin septembre)... La question est de savoir dans quelle mesure et selon quel timing les entreprises verront à leur tour se durcir leurs conditions de financement ?
 
Renchérissement du coût de financement
Les premières entreprises concernées sont évidemment celles qui se financent directement sur les marchés et qui ont pu profiter d’un afflux de liquidité sans précédent ces deux dernières années. Mais pas de panique. En Europe, les grandes capitalisations semblent globalement à l'abri d'une remontée des spreads. En revanche, pour beaucoup d’ETI qui ont réussi à lever des prêts sur le marché obligataire à des conditions très favorables, et notamment pour les entreprises sous LBO qui ont saisi les fenêtre de tir du marché obligataire à haut rendement (ou High Yield), le revirement risque d’être assez brutal. Ce renchérissement des coûts de financement pourrait se révéler problématique pour des entreprises surendettées et tendues en cash. D’où la vague de refinancement que nous avons connu ces derniers mois pour profiter des dernières largesses d’un marché de liquidité pléthorique, au pricing déconnecté du risque.
 
Découvrez toute notre gamme de formations Gestion-finance sur notre site internet.
 

Autres articles de la newsletter :