Francis Lefebvre formation
Ensemble, accélérons votre expertise
Recherche avancée
Espace
client
Votre panier :
0 formation

Contrôler les comptes pour obtenir des états financiers fiables

03/07/2017


Le contrôle des comptes est une étape intermédiaire entre la saisie et l'établissement des comptes annuels. Une étape qui prend de plus en plus d'importance avec l'automatisation des tâches répétitives et le fichier des écritures comptables.
 
Se contenter de justifier les soldes de ses comptes de tiers est loin d'être suffisant pour pouvoir établir un bilan, un compte de résultat et une annexe.
 
La démarche de contrôle passe par un examen analytique, la vérification d'un certain nombre d'assertions et le remplissage d'un dossier de travail.
 
 
Le contrôle des comptes commence par un examen analytique
 
L'examen analytique permet de comparer les données entre deux exercices. On compare souvent les charges et produits, la marge brute et parfois quelques ratios.
 
Ce travail préalable permet souvent de mettre en évidence les chiffres incohérents et d'orienter les travaux de révision.
 
L'incohérence peut apparaître lorsque les comptes changent d'un exercice à l'autre. C'est par exemple le cas lorsque l'on passe par exemple d'un chiffre d'affaires comptabilisé en produits finis à un chiffre d'affaires comptabilisé en prestations de services sans changement d'activité.
C'est aussi le cas lorsque les principaux ratios de l'entreprise sont très loin de ceux des concurrents dans un même secteur d'activité.
 
 
La détermination du seuil de signification : pour ne pas se perdre dans des travaux inutiles

 
Le seuil de signification ou seuil de matérialité est souvent utilisé par les auditeurs afin d'orienter les contrôles. Un auditeur détermine ainsi les postes à vérifier et met en place les différentes procédures de contrôle.
 
Ce seuil de matérialité peut aussi être utilisé en entreprise. Il permet d'orienter les contrôles vers les postes à risques et d'arrêter les travaux, lorsque les écritures complémentaires n'ont plus d'impact sur la présentation des comptes.
 
Les chiffres clés utilisés pour déterminer ce seuil de signification sont généralement :

  • le chiffre d'affaires ;
  • le résultat ;
  • les capitaux propres.

 
Plus le risque en cas d'erreur est élevé, plus le seuil de signification sera faible et inversement.
Il est donc important de structurer ses travaux, de les ordonner et de travailler en fonction des priorités pour gagner en efficacité.
 

Principes comptables et assertions guident les travaux

 
Le comptable qui contrôle les comptes d'une entreprise, vérifie un certain nombre d'assertions ou de « critères dont la réalisation conditionne la régularité, la sincérité et l'image fidèle des comptes », pour reprendre la définition issue de la NEP 500, norme utilisée par les commissaires aux comptes.
 
Parmi ces assertions se trouvent la réalité, l'exhaustivité, la mesure et l'évaluation, la séparation des exercices, la classification, l'existence, les droits et obligations et la présentation et intelligibilité. Leur objectif est de permettre la présentation de comptes fiables.
 
À titre d'exemple, la réalité consiste à vérifier que les opérations enregistrées existent. Le solde de caisse sera vérifié en comptant le nombre de pièces de monnaie ou de billets.
 
L'exhaustivité est la vérification de l'enregistrement de toutes les opérations qui auraient dû être enregistrées. On s'attend par exemple à retrouver douze mois de loyers en comptabilité.
 
Clarifier l'objectif des contrôles est très important et de nombreuses entreprises, notamment lorsqu'elles sont dans une démarche dite de fast close ou accélération du processus de clôture des comptes, définissent les contrôles à effectuer bien avant la clôture. C'est le planning de clôture qui leur permet d'être efficaces.
 
Le programme de contrôle par cycle doit ensuite permettre de structurer la démarche, de limiter l'improvisation. Ces contrôles varient généralement en fonction du cycle concerné, tous les cycles ne présentant pas les mêmes risques en cas d'erreur ou d'omission.
 
 
Pour vous aider dans votre démarche, nous vous proposons ces 2 formations :