Francis Lefebvre formation
Ensemble, accélérons votre expertise
Recherche avancée
Espace
client
Votre panier :
0 formation

La communication financière évolue face au risque de change

13/03/2018


L’instabilité géopolitique des derniers mois s’est traduite par une plus grande volatilité du marché des devises. Face à ces incertitudes, les lecteurs des états financiers attendent une meilleure visibilité sur les stratégies de couverture de change mises en place par les entreprises. L’entrée en vigueur de la norme IFRS 9 accélère cette évolution vers plus de transparence.
 
Le contexte géopolitique mondial est marqué par des soubresauts qui affectent régulièrement la volatilité des devises. Après l’élection de Trump, la tentative de putsch en Turquie et le Brexit, on assiste ces derniers mois à de nouvelles tensions géopolitiques marquées par l’escalade verbale entre les Etats-Unis et la Corée du Nord, les velléités protectionnistes de Trump, les incertitudes sur les échéances électorales en Italie et les conséquences toujours aléatoires du Brexit.

Dans cet environnement mouvant, les entreprises du CAC 40 ont adopté une communication financière plus transparente sur les risques de leur exposition, d’après une étude publiée par Mazars fin 2017. Portant sur l’impact de la volatilité des devises sur les comptes de 2016, l’étude révèle ainsi qu’environ 40 % des sociétés étudiées présentent leur chiffre d'affaires accompagné d'au moins deux agrégats de compte de résultat pour expliquer l'incidence du change sur leurs performances en 2016. Il s’agit là d’une évolution importante par rapport aux pratiques cinq ans auparavant où elles n’étaient que 10% à mentionner cet impact sur leurs comptes.
 
L’impact de la norme IFRS 9
Cette montée en puissance d’une communication plus transparente a été impulsée notamment par l’entrée en vigueur en janvier dernier de la norme IFRS 9 «  Instruments financiers ». Cette norme intègre notamment des obligations complémentaires de communication sur le risque de change et sur la gestion du risque par couverture de change. Anticipant  son application, 97% des entreprises du panel évoquaient donc la norme IFRS 9 dans leur document de référence 2016.

Concrètement, ce nouveau référentiel qui remplace la norme IAS 39 introduit des avancées permettant aux entreprises d’aligner la comptabilité de couverture avec leur pratique de gestion. La nouvelle norme conduit également à compléter les informations en annexes sur les activités de couvertures. Les modifications répondent ainsi aux questions posées par les utilisateurs des états financiers sur la difficulté de comprendre les impacts liés à la comptabilité de couverture. D’après l’étude de Mazars, les avancées d’IFRS 9 les plus fréquemment mises en avant sont notamment « l’assouplissement des contraintes sur les couvertures matières premières avec la possibilité de couvrir des composantes de risques, et la possibilité d’empiler les couvertures sans rompre les relations de couvertures existantes ».
 
Pour en savoir plus sur IFRS 9, découvrez notre formation « Instruments financiers en normes IFRS ».