Patrimoine

SCPI : Investir dans la pierre-papier

SCPI : Investir dans la pierre-papier

Les parts de SCPI (Sociétés Civiles de Placement dans l’Immobilier) permettent aux particuliers d’investir dans la pierre sans assumer les soucis de gestion et tout en bénéficiant d’un très bon rendement avec une sécurité du patrimoine.

 

Pour investir dans la pierre, il peut être intéressant d’acheter des parts de SCPI. Ces structures collectent de l’épargne auprès de particuliers et l’investissent dans l’immobilier tertiaire (bureaux, boutiques, hôtels, entrepôts,…). Ensuite, elles assurent la gestion du patrimoine et reversent régulièrement à leurs porteurs de parts une quote-part des loyers encaissés.

Les SCPI permettent de diversifier son portefeuille avec une moindre mise de départ, puisqu’il suffit de quelques milliers d’euros pour acquérir des parts. En plus, comme la gestion est assurée par des professionnels, ces derniers assument les soucis de gestion (travaux, choix des locataires, recouvrement des loyers,…).

Pour un particulier, le risque global est minoré. En effet, le parc immobilier d’une SCPI compte plusieurs immeubles, et donc plusieurs locataires. Enfin, même s’il baisse depuis plusieurs années, le rendement de ces placements reste plus élevé que celui des produits classiques. En 2018, les SCPI de rendement ont rapporté en moyenne 4,35%, contre 4,43% en 2017. Pour 2019 et 2020, leur rentabilité moyenne devrait dépasser 4%.

Attention, ce n’est pas le cas pour les SCPI « fiscales », qui investissent exclusivement dans de l’immobilier d’habitation répondant aux critères d’un dispositif (Pinel, Malraux,…). Leur rentabilité brute est deux fois moins élevée que les précédentes, mais elles procurent un avantage fiscal à leurs porteurs de parts.

 

Pour en savoir plus :

 

Pour aller plus loin, retrouvez nos formations sur l'optimisation patrimoniale en immobiliersur la gestion du patrimoine ou encore sur la fiscalité des particuliers !

Et pour ne rien manquer de l'actualité, téléchargez notre magazine Le Petit Francis !