• Accueil
  • Actualités
  • Veille
  • Risque important d’augmentation des créances irrécouvrable en Europe
Gestion-finance

Risque important d’augmentation des créances irrécouvrable en Europe

europe
Les entreprises consentent des délais de paiement plus importants à leurs clients B2B, augmentant le risque de créances irrécouvrables dans un contexte de défaillance en hausse.

L’horizon s’assombrit pour le recouvrement des créances en Europe, comme l'a révélé le Baromètre Atradius des pratiques de paiement publié en octobre 2019 et portant sur 2770 entreprises dans 13 pays d'Europe de l'Ouest. Ce dernier prédit une hausse de 2,7 % des défaillances en 2019, tendance qui devrait se poursuivre en 2020. Or, les fournisseurs interrogés en Europe de l'Ouest ont réalisé 60,4 % de la valeur totale de leurs ventes aux clients B2B à crédit, alors que cette proportion n’était que de 41,4 % l'an dernier. En moyenne, près de 30 % du montant total des factures B2B émises par les entreprises interrogées génèrent des retards de paiement. Par pays, ce pourcentage grimpe à 35,1% au Royaume-Uni et 34,8% en Grèce et tombe à 20,3% au Danemark, le plus bas des pays étudiés. Comme on pouvait s'y attendre, en raison de l'incertitude persistante entourant les relations futures entre le Royaume-Uni et l'UE et des perspectives défavorables de défaillances qui en découlent pour le Royaume-Uni et l'Irlande, les fournisseurs interrogés dans les deux pays ont raccourci leurs délais de paiement consentis. Au Royaume-Uni, les délais de paiement moyens sont de 20 jours (contre 24 jours l'année dernière) et de 28 jours en Irlande (contre 31 il y a un an). L’analyse de la solvabilité des acheteurs est l’outil de credit management le plus courant en Europe occidentale. Les données de l'enquête montrent que les entreprises grecques (53 %) effectuent des études de solvabilité beaucoup plus souvent que leurs homologues d'Europe occidentale (35 %). La relance est utilisée par 28% des entreprises d’Europe occidentale interrogées, les entreprises grecques étant les plus actives (39% des répondants en moyenne).

La France plus exposée que la moyenne européenne

En France, Le nombre de défaillances devrait augmenter de 3 % en 2019 et la tendance devrait rester la même en 2020, en raison du ralentissement de l'activité économique. L’augmentation des retards de paiement qui représentent désormais 32% du montant total des créances B2B (contre 29% dans le reste de l’Europe occidentale) inquiète par ailleurs les entreprises. Cela bien que les délais réels de règlement aient diminué de 3 jours par rapport à 2018 (59 jours contre 62 jours l'année précédente) grâce à des délais de paiement consentis plus longs. Les délais de paiement consentis sont restés quasi-stables à 34 jours (33 jours en 2018). Un pourcentage plus important d’entreprises (81 %) que dans le reste de l’Europe occidentale (58 %), déclarent avoir été fortement impactées par les retards de paiement dans le développement de leurs activités. Le pourcentage du volume total des créances B2B définitivement irrécouvrables a augmenté à 1,9 % mais reste toutefois en deçà de la moyenne de 2,2 % en Europe occidentale. Parmi les secteurs les plus dégradés, on peut citer la chimie, les machines, la construction et le transport. Enfin, un pourcentage d’entreprises plus élevé (32 %) qu'en Europe occidentale (20 %) a eu besoin de recourir au financement auprès des banques et des factors.

 

En savoir plus :