• Accueil
  • Actualités
  • Veille
  • Recrutement des cadres : enquête de l’Apec sur l’évolution des pratiques en 2021
Droit social-GRH

Recrutement des cadres : enquête de l’Apec sur l’évolution des pratiques en 2021

recrutement_des_cadres_enquete_de_l_apec_sur_l_evolution_des_pratiques_en_2021

Le 7 juin 2022, l’Association pour l’emploi des cadres (Apec) a publié les résultats de son enquête annuelle sur les pratiques de recrutement des cadres. Si l’année 2021 a été marquée par une recrudescence des recrutements de cadres, ce dynamisme s’est accompagné d’une augmentation des difficultés de recrutement pour les entreprises. Celles-ci ont donc dû adapter leurs pratiques de recrutement.

Une hausse des difficultés de recrutement des cadres en 2021

En 2021, les entreprises ont recruté 269 100 cadres, soit plus de 18 % par rapport à 2020, mais la moitié d’entre elles a rencontré des difficultés pour ces recrutements (contre 37 % en 2020 et 48 % en 2019). Les délais de recrutement des cadres se sont donc allongés : la durée moyenne pour recruter un cadre passant de 9 semaines en 2020 à 11 semaines en 2021.

Selon les entreprises interrogées, plusieurs facteurs expliquent ces difficultés : l’insuffisance des candidatures reçues (70 %), un manque de profils disponibles, en particulier en région (73 %), mais aussi un décalage entre les candidatures reçues et leurs besoins (63 %).

Des pratiques de recrutement plus offensives

Face aux problèmes de recrutement, les entreprises ont ajusté leurs stratégies de sourcing pour les rendre plus proactives.

  • Elles recourent plus aux réseaux sociaux : en 2021, 69 % des recruteurs ont utilisé les réseaux sociaux dans au moins un de leur recrutement.
  • Elles ont renforcé leur stratégie multicanale : 36 % des entreprises ont utilisé plus de cinq canaux pour approcher les candidats lors de leur dernier recrutement d’un cadre (dépôt d’offres sur leur site Internet et sur des sites d’emploi dédiés, utilisation du réseau, sollicitation d’écoles ou d’associations d’alumni, etc.), contre 29 % en 2020.
  • Elles ont développé l’approche directe des candidats : en 2021, 76 % des ETI et des grandes entreprises et 67 % des PME y ont eu recours pour au moins un recrutement.

Un assouplissement des critères de sélection des candidats

Pour concrétiser leurs recrutements de cadres, la plupart des entreprises (84 % des sondés) ont assoupli leurs critères de sélection. 53 % des PME ont ainsi revu à la hausse le salaire proposé, 47 % des entreprises ont recruté un cadre n’ayant pas toutes les compétences techniques requises et 46 % des PME ont recruté un candidat moins expérimenté que ce qu’elles envisageaient au départ.

Toutefois, malgré ces évolutions, le processus de sélection des candidats n’a lui pas été modifié. Les recruteurs ont continué à demander une lettre de motivation (67 % des sondés), et la présélection téléphonique est restée une pratique répandue (63 %).

L’attractivité des entreprises : un enjeu majeur pour attirer les cadres

Face aux exigences des candidats et aux tensions sur le marché de l’emploi cadre, les entreprises ont dû développer leur attractivité et leurs stratégies de communication pour convaincre les cadres de l’intérêt du poste et de la qualité des conditions de travail proposées.

L’offre d’emploi a été utilisée comme une vitrine pour valoriser l’attractivité de l’entreprise et du poste. Une majorité d’entreprises y a évoqué l’intérêt des missions (71 %), ainsi que les conditions de travail (66 %) et notamment la possibilité de télétravailler : ces facteurs étant des critères jugés essentiels par les cadres pour rejoindre une entreprise.

Téléchargez gratuitement notre livre blanc 

 

couverture_lb_ombre_nouveaux_enjeux__rh_quelle_difference_avec_le_monde_du_travail_d_hier