• Accueil
  • Actualités
  • Veille
  • Quels critères intégrer pour réussir son business plan pour 2021 ?
Gestion-finance

Quels critères intégrer pour réussir son business plan pour 2021 ?

Pour les directions d’entreprise, si l’année 2020 a consisté à absorber un choc imprévu, 2021 devra en gérer les répercussions. Les conséquences des crises sanitaires et économiques en cours doivent être intégrées dans les business plans, au même titre que l’incertitude qui pèse encore.

 

L’élaboration du business plan de 2021 doit prendre en compte les changements structurels qui touchent le marché, ainsi que les évolutions opérationnelles que doit engager l’entreprise pour y répondre.

 

Réévaluer et sécuriser

L’une des principales conséquences de la crise sanitaire est une restriction de la circulation des biens et des personnes, une re-régionalisation. Le business plan doit donc engager une réflexion de fond sur la sécurisation de la chaîne d’approvisionnement. L’entreprise doit limiter le risque d’être pénalisée par une rupture de stock.

Cette re-régionalisation affecte également les comportements des consommateurs, avec un repli notable sur une consommation locale, voire de proximité. Cela peut dès lors affecter les marchés prioritaires de l’entreprise. Outre le schéma d’approvisionnement, le business plan de l’année à venir devra donc s’attacher à repenser le schéma logistique dans son ensemble, le modèle de vente, ainsi que les marchés cibles et les produits prioritaires.

 

Modéliser différents scénarios

Penser son business plan pour 2021, c’est gérer l’incertitude. Il est essentiel d’intégrer plusieurs scenarios à court, moyen et long terme, c’est-à-dire élaborer différentes stratégies opérationnelles et financières. Les incertitudes demeurent nombreuses, par exemple quant à la possibilité de prochains reconfinements, et de leur durée. Il est également important d’intégrer la prolongation des aides de l’État aux entreprises, ou leur arrêt en fonction de leur nature.

Un plan de continuité de l’activité doit être élaboré, ou ajusté si l’entreprise en possède un, notamment au vu des événements de 2020 et de la capacité de la société à encaisser le choc de la crise.

 

Renforcer la résilience

L’entreprise dispose de plusieurs biais pour améliorer sa solidité face à la crise. Ainsi, un effort doit être fourni pour réduire les coûts d’exploitation, la crise ayant prouvé une meilleure résistance des sociétés aux bilans solides.

Dans le même temps, l’entreprise doit accélérer l’automatisation de ses process, afin d’être moins impactée par le travail à distance. Placer la digitalisation au cœur de la stratégie de développement est désormais incontournable, alors que la vente en ligne constitue un levier de croissance important et demande une véritable adaptation de la part de certaines sociétés sous-équipées.

Enfin, la progression pourra être évaluée au travers d’indicateurs de suivi de la performance portant sur des critères multiples tels que la trésorerie, les stocks ou les ventes.

 

Anticiper les risques

La pérennité de l’entreprise dépend de sa gestion des risques, le caractère fluctuant de l’environnement allant perdurer. Face à la situation sanitaire, la société doit se doter d’un plan de succession solide, pour le management et les fonctions essentielles. La transition sera facilitée en cas de maladie sur un poste clé.

Enfin, la gouvernance est essentielle, car là se joue la prévention des risques, tant sanitaires que sociaux et environnementaux. L’IFA (Institut Français des Administrateurs) a ainsi mené un sondage auprès de ses adhérents sur le rôle des conseils d’administration pendant la crise. François Bouvard, son vice-président, a déclaré à cette occasion que « les entreprises qui bénéficient d’une gouvernance structurée ont mieux géré la crise que les autres. Cela n’est pas uniquement vrai pour les sociétés cotées. »

  • Particularités comptables et diagnostic financier des ESMS
    Gestion-finance

    En comptabilité, les établissements et services médico-sociaux (ESMS) sont soumis à une nomenclature particulière, issue des instructions budgétaires et comptables M22 (pour les structures publiques) et M22 bis (pour les structures privées). C’est dans ce cadre précis que s’opèrent l’analyse et le...

  • Le reporting extra-financier pour les directeurs financiers
    Gestion-finance

    Le contexte actuel d’urgence climatique, de crise sanitaire, d’augmentation de la population mondiale ou encore de raréfaction des matières premières…impose à tous des transformations profondes pour respecter les Accords de Paris (contenir le réchauffement du climat en deçà des 2°C) ainsi que les...