• Toutes nos formations
    • Fiscalité
    • Patrimoine
    • Immobilier
    • Comptabilité
    • Consolidation-Normes IFRS
    • Compliance, audit et risques
    • Gestion-Finance
    • Paie
    • Droit social-GRH
    • Droit des affaires
    • Banque-Assurance
  • Francis Lefebvre formation
    • L'entreprise
    • Nos valeurs
    • Nos équipes
    • Nos 6 engagements clients
    • Nos clients
  • Pédagogie
    • Notre expertise pédagogique
    • Nos intervenants
    • Innovations
    • Notre offre de formation
    • Nos homologations
    • Nos partenaires
  • Actualités
    • Toutes nos actualités
    • Évènements
  • Infos pratiques
    • Comment vous inscrire
    • FAQ
    • Nos centres de formations
    • Plan d'accès
    • Étapes-clés de votre formation
  • Contactez-nous
Banque-assurance

Que seront demain les métiers de la banque ?

Les métiers de la banque « se transformeront, mais ne disparaîtront pas », tel est le constat de la Fédération bancaire française (FBF) qui livre les résultats de son Observatoire des métiers de la banque.

Digital, blockchain, intelligence artificielle, automatisation des processus, changements réglementaires, nouvelles attentes des collaborateurs, transformation des modes de travail et de consommation sont les grandes tendances identifiées par l’Observatoire des métiers de la banque. Face à ces profondes mutations, le secteur se transforme. C’est le cas notamment des métiers de chargé d’accueil, de gestionnaire de back-office, de technicien logistique, de gestionnaire administratif et de technicien des ressources humaines qui ont tous subi, en seulement 5 années, une réduction supérieure à 15 % de leurs effectifs. À l’inverse, les métiers plus spécialisés, tels que conseiller entreprises et conseiller en patrimoine, représentent une part plus importante de la population bancaire qu’il y a 5 ans, note l’étude. A l’avenir, les réductions d’effectifs devraient être contrebalancées par l’émergence de nouveaux métiers. Ainsi, le chargé de clientèle devrait, à terme, être remplacé par « un spécialiste de la relation client omnicanale », tandis que les chief data officer et autres spécialistes de l’analyse des données devraient monter en puissance au cours des prochaines années. Le secteur bancaire totalise 2 % de l’emploi salarié en France.