• Toutes nos formations
    • Fiscalité
    • Patrimoine
    • Immobilier
    • Comptabilité
    • Consolidation-Normes IFRS
    • Compliance, audit et risques
    • Gestion-Finance
    • Paie
    • Droit social-GRH
    • Droit des affaires
    • Banque-Assurance
    • Performance individuelle et collective
  • Francis Lefebvre formation
    • L'entreprise
    • Nos valeurs
    • Nos équipes
    • Nos 6 engagements clients
    • Nos clients
  • Pédagogie
    • Notre expertise pédagogique
    • Nos intervenants
    • Innovations
    • Notre offre de formation
    • Nos homologations
    • Nos partenaires
  • Blog
    • Toutes nos actualités
    • Évènements
  • Infos pratiques
    • Comment vous inscrire
    • FAQ
    • Nos centres de formations
    • Plan d'accès
    • Étapes-clés de votre formation
  • Contactez-nous
  • Accueil
  • Actualités
  • Veille
  • Près d’un salarié sur cinq subit un stress quotidien au travail
Droit social-GRH

Près d’un salarié sur cinq subit un stress quotidien au travail

Tel est l’un des résultats du rapport « The Workforce View in Europe 2019 », une enquête menée par ADP (Automatic Data Processing) et réalisée auprès de 10 585 salariés, dont 1410 employés français.

Les Français demeurent parmi les salariés les plus stressés d’Europe. Ainsi, 31 % des Français pensent que leur employeur ne s’intéresse pas du tout à leur bien-être psychologique. L’Hexagone se place à la troisième place parmi les pays européens où les salariés se sentent stressés au quotidien (19 %), derrière l’Allemagne (20 %) et la Pologne (25 %). Toutes les régions de France ne sont cependant pas logées à la même enseigne. Ce sont ainsi les salariés du Sud-Ouest (24 %), de la région Centre (22 %) et de l’île de France (20 %), qui déclarent être les plus stressés. D’un point de vue sectoriel, les métiers qui engendrent le plus de stress sont ceux des services et de la finance (26 %), des arts et de la culture (23 %) ainsi que de l’éducation (22 %). Le rapport révèle par ailleurs que le silence est aujourd’hui légion au sein des salariés en souffrance. Ainsi, 32 % des collaborateurs déclarent ne pas se sentir suffisamment à l’aise pour évoquer leur mal-être dans un cadre professionnel et à peine 11 % oseraient en informer les ressources humaines de leur entreprise. A noter, la parole semble se libérer au sein des plus jeunes générations, avec 79 % des 16 – 34 ans qui se disent prêts à soulever un problème de mal-être au travail s’il se présentait, contre seulement 61 % des plus de 55 ans.

 

En savoir plus :

  • dddd
    Droit social-GRH

    Barème Macron, la Cour de Cassation donne un avis positif Encadrer les indemnités de licenciement sans cause réelle et sérieuse, telle est la vocation du barème mis en place par les ordonnances Macron du 22 septembre 2017. Un nouveau barème qui a vivement agité le monde législatif, jusqu’à la saisie...

  • Contrat de sécurisation professionnelle
    Droit social-GRH

    Destiné aux salariés licenciés pour motif économique, le dispositif du CSP – contrat de sécurisation professionnelle – a été instauré en France en date du 1er septembre 2011. Un avenant du 12 juin 2019 prévoit de prolonger ce dispositif jusqu’au 30 juin 2021. Un avenant qui, avant d’être effectif,...