• Toutes nos formations
    • Fiscalité
    • Patrimoine
    • Immobilier
    • Comptabilité
    • Consolidation-Normes IFRS
    • Compliance, audit et risques
    • Gestion-Finance
    • Paie
    • Droit social-GRH
    • Droit des affaires
    • Banque-Assurance
  • Francis Lefebvre formation
    • L'entreprise
    • Nos valeurs
    • Nos équipes
    • Nos 6 engagements clients
    • Nos clients
  • Pédagogie
    • Notre expertise pédagogique
    • Nos intervenants
    • Innovations
    • Notre offre de formation
    • Nos homologations
    • Nos partenaires
  • Blog
    • Toutes nos actualités
    • Évènements
    • Livres blancs
    • Glossaire
    • Podcasts
  • Infos pratiques
    • Comment vous inscrire
    • FAQ
    • Nos centres de formations
    • Plan d'accès
    • Étapes-clés de votre formation
    • Mon espace formation
  • Contactez-nous
  • Accueil
  • Actualités
  • Veille
  • L’expert-comptable, acteur majeur de la relance économique française - Entretien avec Damien Dreux
Comptabilité

L’expert-comptable, acteur majeur de la relance économique française - Entretien avec Damien Dreux

Véritables partenaires des dirigeants d’entreprises et économistes de terrain, les experts-comptables ont plus que jamais un rôle déterminant à jouer dans la relance française. Damien Dreux, Vice-Président du Conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables, nous explique pourquoi.

 

En quoi les experts-comptables jouent-ils un rôle essentiel auprès des entreprises depuis le début de la crise ?

Les experts-comptables sont les premiers conseils des dirigeants d’entreprise, en particulier des TPE et PME. Bien au-delà des problématiques de comptabilité, ils les accompagnent sur toutes les questions sociales, de gestion, de finance ou encore de fiscalité.

La crise a permis de mettre en lumière le rôle essentiel de l’expert-comptable aux côtés du dirigeant d’entreprise. Dès le début de la crise, notre première tâche fut de décrypter pour eux toutes les mesures d’accompagnement et d’aides auxquelles ils pouvaient avoir droit, et de les aider à les mettre en place.

Si, d’ordinaire, nous intervenons plus particulièrement au moment de la publication de la loi de finances – et éventuellement à l’occasion d’une loi de finances rectificative ­–, il est clair que le rythme s’est nettement intensifié ! Nous avons accompagné nos clients sur beaucoup de sujets, de la mise en place du chômage partiel à la préparation des dossiers de demande de Prêts Garantis par l’État (PGE), en passant par les demandes d’aides auprès du fonds de solidarité.

Les deux mots d’ordre de la période que nous traversons sont pédagogie et proactivité. Et c’est ce que nous nous efforçons tous de faire, en cabinet comme au sein du Conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables.

 

Quels sont les défis auxquels sera confrontée la profession en 2021, une année marquée par l’incertitude ?

Le principal défi de la profession sera de sauver un maximum d’entreprises, et tout particulièrement celles qui n’étaient pas en difficulté avant mars 2020. Cela passera notamment par l’accompagnement et le conseil dans la recherche de nouveaux modèles économiques pour les secteurs durablement touchés par la crise, comme le transport, la restauration ou l’événementiel. Nous allons devoir mettre tout notre savoir-faire et nos compétences à leur service pour être au rendez-vous de la reprise.

De même, nous devrons accompagner jusqu’au bout les entreprises qui étaient en difficulté avant la crise, par le biais de mandats ad hoc, de procédures judiciaires…

 

Dans ce contexte, nous pensons par ailleurs que notre rôle d’expert indépendant est essentiel et que l’État, comme les financeurs, comptent sur nous pour être capables de faire des revues financières indépendantes, qui serviront d’appui pour l’aménagement de dettes, l’extension d’aides, etc.

 

Quel rôle pour les experts-comptables dans la relance de l’économie ?

En tant qu’experts économiques de terrain, les experts-comptables ont un véritable rôle à jouer dans la relance. C’est pourquoi nous avons, avec le Conseil supérieur de l’Ordre des Experts-Comptables, émis cinquante recommandations pour préparer l’après-Covid, que nous avons récemment remises au gouvernement.

L’objectif est de pérenniser un certain nombre de bonnes pratiques mises en place durant la crise. Ces dernières s’appuient sur trois axes de réflexion, que sont l’accélération de la transition numérique, l’adaptation de la législation afférente au droit du travail et le développement des entreprises de proximité.

Récemment, notre rôle de tiers de confiance auprès du gouvernement s’est beaucoup accru. L’État a donné beaucoup d’argent durant cette crise ; l’expert-comptable est le garant de la bonne utilisation de ces aides. A titre d’exemple, notre obligation de produire une attestation du chiffre d’affaires depuis le mois de novembre, dans le cadre du fonds de solidarité.

En tant qu’institution, nous devons continuer d’être en relation permanente avec le gouvernement, les cabinets et les ministères pour accompagner la sortie de ces aides. Et prévoir des mesures pour la relance, à l’image de celles pour l’embauche des jeunes sans expérience : il va falloir qu’elles perdurent si l’on veut une véritable relance, sur plusieurs années.  

 

Nous allons donc suivre toutes les propositions que nous avons faites au gouvernement. Des auditions sont programmées dans les prochaines semaines. Nous regrettions sur les dernières années de n’avoir pas été écoutés. Aujourd’hui, nous avons une nouvelle occasion de renouer des liens avec les institutions, grâce à notre nouvelle mandature. Une mandature placée sous le signe de la proactivité et de l’efficacité.

  • Confidentialité des comptes : une tendance à la hausse chez les PME
    Comptabilité

    Le 6 août 2015, la loi « Macron » avait octroyé à certaines PME la possibilité de solliciter la confidentialité de leurs comptes annuels, en optant pour la non-publication de leur compte de résultat. La loi « PACTE » du 22 mai 2019 avait ensuite fait bénéficier les « moyennes entreprises » d’un...

  • Comptabilité des associations et comparabilité des états financiers
    Comptabilité

    Le règlement n°2018-06 relatif aux associations et organismes à but non lucratif s'applique aux exercices ouverts à compter du 1er janvier 2020. Il a été modifié par le règlement 2020-08 pour certains aspects qui ont pu poser un problème en pratique. La comparabilité des comptes annuels en fait...