Droit social-GRH

L’essentiel sur le contrat d’engagement jeune

L’essentiel sur le contrat d’engagement jeune

Afin d’accompagner les jeunes durablement éloignés de l’emploi, le Gouvernement a annoncé le 2 novembre 2021, le lancement du « contrat d’engagement jeune ». Inséré par voie d’amendement dans le projet de loi de finances n° 4482 pour 2022 en cours de discussion auprès du Parlement, ce nouveau dispositif en faveur de l’emploi des jeunes devrait entrer en vigueur le 1er mars 2022.

 

Le principe du contrat d’engagement jeune

 

Le contrat d’engagement jeune est établi pour une durée pouvant aller jusqu’à 12 mois, ou 18 mois, sous certaines conditions. Au cours de cette période, les jeunes suivront un programme d’accompagnement de 15 à 20 heures par semaine minimum. Ils se verront proposer différentes solutions (formation, stage, apprentissage, service civique, etc.) adaptées à leurs besoins et qui leur permettront de découvrir un métier, de se former, de trouver un contrat d’apprentissage ou un emploi.

 

En contrepartie de leur assiduité, du respect des engagements pris dans le contrat et de l’acceptation des activités qui leur seront proposées, les jeunes sans ressources ou dont les revenus sont faibles recevront une allocation mensuelle de 500 € maximum.

 

Les bénéficiaires du contrat d’engagement jeune

Le contrat d’engagement jeune s’adresse aux personnes :

  • âgées de 16 ans à 25 ans révolus, ou 29 ans révolus pour les jeunes en situation de handicap ;
  • qui n’ont pas d’emploi durable, ne sont pas étudiants et ne suivent pas de formation ;
  • qui s’engagent, par la signature du contrat d’engagement jeune, à suivre avec assiduité et motivation le programme d’accompagnement.