• Toutes nos formations
    • Fiscalité
    • Patrimoine
    • Immobilier
    • Comptabilité
    • Consolidation-Normes IFRS
    • Compliance, audit et risques
    • Gestion-Finance
    • Paie
    • Droit social-GRH
    • Droit des affaires
    • Banque-Assurance
    • Performance individuelle et collective
  • Francis Lefebvre formation
    • L'entreprise
    • Nos valeurs
    • Nos équipes
    • Nos 6 engagements clients
    • Nos clients
  • Pédagogie
    • Notre expertise pédagogique
    • Nos intervenants
    • Innovations
    • Notre offre de formation
    • Nos homologations
    • Nos partenaires
  • Blog
    • Toutes nos actualités
    • Évènements
  • Infos pratiques
    • Comment vous inscrire
    • FAQ
    • Nos centres de formations
    • Plan d'accès
    • Étapes-clés de votre formation
  • Contactez-nous

Les ressources humaines à l’heure de l’intelligence artificielle

Ils seraient des dizaines, voire des centaines de métiers à disparaître, sous l’impulsion du développement de l’intelligence artificielle. A l’heure de la révolution digitale, quels métiers seront les plus impactés ?

La fin des métiers à forte pénibilité. Telle pourrait être l’une des incidences du développement des outils digitaux et de l’intelligence artificielle sur la structure des métiers en France. Ainsi, l’institut Sapiens, dans son étude « l’impact de la révolution digitale sur l’emploi », estime que les caissiers et employés de libre-service devraient disparaître en France entre 2050 et 2066. Même constat pour les ouvriers de la manutention : s’ils étaient 811 000 en France en 1986, ils n’étaient plus que 675 000 en 2016 et ils pourraient totalement disparaître entre les années 2071 et 2092. Quid des métiers de conseil ? Sous l’impulsion de l’intelligence artificielle et de la robotisation, ils devraient, eux-aussi, se transformer profondément. Ainsi, les employés du secteur de la comptabilité, dont les effectifs s’établissaient à 300 000 en France en 2016 devraient se réduire pour une disparition prévue entre 2041 et 2056 ! Autres secteurs largement impactés par l’automatisation des process, la banque et l’assurance et également les emplois de secrétaire bureautique et de direction. Cette dernière typologie d’emplois qui totalisait 765 000 salariés en 1986 n’en comptait plus que 560 000 en 2016. En trois décennies, « la diffusion et la massification de technologies bureautiques accessibles à tous a entraîné une baisse de 26 % des effectifs », constate l’étude.