Les Neurosciences à la Pointe de la Formation

Le 8 octobre 2015, nous avons proposé à nos intervenants une conférence sur l’apport des neurosciences à la formation, animée par Nadia Medjad, Médecin et coach, fondatrice de NeuroEchology Consulting.
L’objectif était de capitaliser sur les  dernières découvertes en Neurosciences sur le fonctionnement du cerveau pour proposer des formations encore plus performantes et motivantes.
 

Testez-vous : neuromythe ou réalité ?


Voici 5 assertions, lesquelles sont des mythes et lesquelles sont vraies selon vous ?
1.    Nous n’utilisons couramment que 10% de notre cerveau.
2.    Nous sommes plus performants au travail à 30 ans qu’à 50 ans.
3.    Quand on est « dans la lune », le cerveau se repose.
4.    Les créatifs ont un cerveau droit dominant.
5.    Le cerveau des femmes est plus performant pour le multitasking (multitâches).


Les réponses vous seront envoyées ultérieurement par email
 

 Les neurosciences : quel intérêt ?


Le XXIe siècle sera le siècle du cerveau, selon Jean-Pierre Changeux, figure de proue des sciences neuronales, membre de l’Académie des sciences, professeur au collège de France et Directeur du laboratoire de neurobiologie moléculaire à l’Institut Pasteur.
Et de fait, nous assistons à une véritable explosion des neurosciences. Deux  tournants majeurs soulignés par Nadia Medjad :

  • en 1990 : l’IRM fonctionnelle (Imagerie par Résonnance Magnétique), un tournant technologique qui permet d’observer le cerveau en action;
  • en 1998 : les découvertes de Martin Seligman sur le fonctionnement optimal du cerveau, un changement de paradigme (il s’est intéressé au cerveau de grands champions et de gens heureux) qui a bouleversé les habitudes et les certitudes.


Des applications voient le jour dans tous les domaines : l’économie, l’informatique, la médecine, la sociologie, les mathématiques, l’éducation, l’espionnage, le marketing… On parle par exemple aujourd’hui de Neuro-pédagogie et de Neuro-éducation.
 


 Les propriétés du cerveau au cœur de l’apprentissage


L’intérêt des neurosciences en formation est multiple. Les dernières découvertes nous permettent de poser un regard différent sur nos méthodes et supports pédagogiques.
En effet, les neurosciences montrent qu’un apprentissage nécessite à la fois attention, concentration, mémorisation et motivation, pour être efficace.
 
Comment susciter l’attention et maintenir la concentration ?
Il faut tout d’abord prendre en considération les besoins physiologiques des participants, car le cerveau est vorace. S’il représente 2% du poids du corps, il consomme 20% de son énergie. Attention à la fatigue et à l’hypoglycénie.
Ensuite, il faut tenir compte de la courbe « naturelle » d’attention qui ressemble à une montagne russe : pour une heure de présentation « classique », on observe une baisse de l’attention dès la 10e minute. Si l’attention reprend ensuite, elle s’effondrera de nouveau après 10 minutes.

Pour stimuler l’attention, il faut stimuler les 5 sens des participants : capter le regard des participants, donner une large place aux visuels projetés, jouer avec sa voix, favoriser l’échange entre participants, varier les activités pédagogiques... L’idéal étant de stimuler plusieurs sens en même temps, comme par exemple en utilisant des extraits audio-visuels et des films d’animation.
L’attention et la concentration dépendent aussi de la crédibilité de l’intervenant et de la pertinence du contenu proposé. Un cadre clair est également indispensable.

Comment renforcer la mémorisation ?
Le cerveau se remodèle à chaque instant et à tout âge en fabriquant de nouveaux neurones et de nouvelles connexions. Les informations laissent des traces dans le cerveau. Plus une trace est profonde, plus elle est durable.
Pour « creuser » la trace, il faut jouer sur la répétition. Répéter sous différentes formes pendant la session, et prévoir des rappels ensuite de plus en plus espacés dans le temps, pour ancrer les acquis à long terme. Tout en n’oubliant pas que la mémorisation nécessite des pauses, pendant et après les modules, pour relier ce qui est découvert à ce qui est connu. En effet, c’est pendant le sommeil que le cerveau organise ses « données ».
 
Motivation : quel mécanisme est en jeu ?
Sans motivation pas d’apprentissage. Or, la motivation requiert de l’émotion, ce qui met en mouvement, ce qui crée le lien. Les principales émotions sont la surprise, la peur, la joie, la tristesse, le dégoût, la colère. Un certain niveau d’émotions négatives, comme la peur ou le stress, perturbe voire empêche l’apprentissage. Au contraire, les émotions positives favorisent l’apprentissage.
Pour créer de l’émotion et donc motiver les participants,  plusieurs techniques pédagogiques : raconter une histoire, une anecdote, passer une courte vidéo, créer une rupture dans un déroulé, jouer l’effet de surprise... Et ne pas hésiter à insérer des quiz et des défis dans les modules. En effet, le cerveau adore les énigmes -il secrète alors de la dopamine- et il adore trouver des solutions – c’est l’effet Eureka.


Application pratique en formation d’adultes : la neurochecklist en 10 points


Nadia Mejrad nous propose une checklist du neuro-pédagogue à utiliser lors de la préparation de nos formations :

 

  •     Stimuler les Sens
  •     Solliciter les Émotions
  •     Attention à la 10ème minute
  •     Faire son Cinéma : films, films d’animations…
  •     Raconter des histoires, Jeux, Quizz, Énigmes
  •     Mémoire : 4 sujets max et Relier
  •     Répéter sous différentes formes
  •     Ménager des pauses
  •     Rassurer et réguler le stress
  •     Proposer des séquences EUREKA !

Pour aller plus loin :

Nadia Mejrad nous recommande les lectures suivantes :

 

  •     OCDE : « Comprendre le cerveau, naissance d’une science de l’apprentissage » (2007)
  •     Neurosup : le seul projet français public de Neuroéducation  
  •     Institut de NeurodidactiqueInternational, (INI)
  •     ARN : Association pour la Recherche en Neuroéducation (Canada)