• Accueil
  • Actualités
  • Veille
  • L’enquête interne est une preuve dans l’établissement de faits de harcèlement
Santé - Sécurité - Environnement

L’enquête interne est une preuve dans l’établissement de faits de harcèlement

l_enquete_interne_est_une_preuve_dans_l_etablissement_de_faits_de_harcelement

L’enquête interne n’a pas à justifier d’un formalisme particulier. Par conséquent, l’enquête qui constate des faits de nature à caractériser un harcèlement doit être pris en compte par le juge, ainsi que les autres éléments de preuve l’appuyant.

À la suite de dénonciations de faits de harcèlement moral et sexuel d’un salarié envers deux de ses collègues, l’employeur décide de mener une enquête interne. Il interroge les trois salariés concernés et décide de licencier celui visé par les faits de harcèlement.

La cour d’appel déclare le licenciement sans cause réelle et sérieuse au motif que l’enquête interne serait déloyale. La cour n’examine pas les autres éléments apportés au débat par l’employeur pour établir l’existence d’un harcèlement.

Dans le détail, la cour d’appel rejette l’enquête interne comme élément de preuve au motif que seuls les salariés concernés ont été interrogés, que la durée de l’interrogatoire n’est pas précisée, et que le CHSCT (comité d'hygiène, de sécurité et des conditions de travail) n’a pas été saisi. Néanmoins, elle constate que l’enquête révèle des faits de nature à caractériser un harcèlement sexuel ou moral. Or la preuve est libre en matière prud’homale. De plus, l’enquête interne réalisée par l’employeur pour établir la réalité des faits dénoncés n’est soumise à aucun formalisme.

Remarque : la Cour de cassation a déjà jugé que, le fait d’interroger seulement une partie des salariés lors d’une enquête interne pour établir un cas de harcèlement est une preuve recevable.

Par conséquent, la Cour de cassation casse et annule l’arrêt d’appel au motif qu’il déclare le licenciement sans cause réelle et sérieuse, alors qu’il constate que l’enquête interne établit les faits de harcèlement, que les motifs invoqués ne sont pas de nature à écarter l’enquête, et que la cour n’a pas examiné les autres éléments de preuve produits par l’employeur pour appuyer sa décision.

Antoine Fortrie, Dictionnaire permanent Sécurité et conditions de travail

Pour aller plus loin, découvrez notre formation

panorama_d_actualite_en_sante_securite_au_travail
  • semaine_europeenne_du_developpement_durable_tout_savoir_sur_l_edition_2022
    Santé - Sécurité - Environnement

    Après 5440 activités organisées dans 28 pays en 2021, la Semaine européenne du développement durable (SEDD) est organisée cette année du 18 septembre au 8 octobre 2022. Ouvert notamment aux entreprises, cet évènement permet de promouvoir le développement durable mais également de développer sa...

  • les_risques_professionnels_et_le_changement_climatique
    Santé - Sécurité

    Mégafeux, violents orages – notamment de grêle –, canicules et vagues de chaleur, inondations, etc. les événements climatiques extrêmes sont de plus en plus fréquents et de plus en plus intenses. Le coût des dégâts, humains comme financier, augmente également, y compris pour les entreprises dont la...