• Accueil
  • Actualités
  • Veille
  • Le cash pooling, effet de levier de la gestion de trésorerie
Gestion-finance

Le cash pooling, effet de levier de la gestion de trésorerie

Le système du cash pooling permet d’optimiser la gestion de la trésorerie centrale de l’entreprise, de visualiser en un clin d’œil les besoins et les excédents de trésorerie des filiales et d’optimiser leurs frais financiers généraux tout en minimisant les risques.

Concrètement, il s’agit d’un système qui permet de centraliser quotidiennement sur un compte unique les soldes des comptes des filiales d'une société. Il permet d'optimiser la gestion des liquidités des différents comptes, soit en transférant des fonds vers des comptes qui présentent un solde négatif afin d'éviter des intérêts débiteurs élevés, soit en transférant des fonds vers un compte unique, et faire rémunérer le solde créditeur. 

Plusieurs niveaux de gestion centralisée de trésorerie existent. Dans un dispositif de cash pooling physique, les soldes des comptes des filiales remontent physiquement vers le compte de la société mère, permettant d’économiser les frais financiers en équilibrant les comptes. Avec le cash pooling notionnel, en revanche, les flux financiers ne sont que théoriques. La banque recalcule les intérêts financiers sur un solde virtuel. L’un des avantages, pour les filiales, est de garder la main sur la gestion de leur cash. Plus complexe à mettre en place, le cash pooling notionnel est généralement réservé aux très grands groupes.

Phase préparatoire
Dans tous les cas, mettre en place un cash pooling passe par plusieurs étapes préparatoires :

  • analyser les besoins,
  • désigner une banque centrale,
  • désigner une société pivot,
  • définir le périmètre du cash pooling (quelles filiales ? Sur quels types et montants de flux ? Quelles géographies ?…),
  • signer des conventions de trésorerie entre siège et filiales,
  • analyser l’environnement bancaire de chaque filiale.

La dernière étape préalable citée passe par le choix de la méthode de mise en œuvre du cash pooling : manuelle, automatisée par la banque centrale ou passant par une solution externe de cash-pooling en mode Saas. Dans cette dernière option, le trésorier personnalise ses automatismes de compensation entre comptes et peut éventuellement choisir plusieurs banques « centrales », tout en disposant de tableaux de bord décisionnels pour piloter son cash pooling.
Mais si les avantages de ce système d’optimisation sont évidents pour les grands groupes et les ETI très internationalisées, il ne faut pas sous-estimer les contraintes de mise en œuvre d’un tel projet pour des entreprises de taille plus modeste. En toute logique, le cash pooling international ne devient intéressant qu’à partir du moment où les flux de devises sont suffisants. En interne, l’entreprise doit également avoir les compétences nécessaires pour suivre le cash pooling. Pour des sociétés plus petites, où la direction financière est moins structurée, d’autres solutions existent, en passant par des plateformes de Fintech par exemple.

Vous souhaitez savoir évaluer les coûts, les risques et les gains associés à un projet de cash pooling et connaitre les outils existants sur le marché ? Découvrez la formation « Mettre en oeuvre un système de cash pooling »

  • Comment construire un budget de trésorerie
    Gestion-finance

    Le « budget de trésorerie » fait partie des outils prévisionnels de la comptabilité d’entreprise. Son rôle : lister les encaissements et décaissements futurs, soit pour vérifier que la trésorerie permettra de faire face à tout moment aux dépenses de l’entreprise, soit pour estimer le montant des...

  • Évaluer la performance d’une entreprise
    Gestion-finance

    Pour piloter de façon optimale son activité et prendre les décisions adéquates, il est important d’évaluer la performance de son entreprise et de maîtriser le calcul des coûts de revient. Clément Gayot, Chief Financial Officer chez FAAS, décrypte ces deux notions et les enjeux qui y sont liés...