Paie

La rémunération des apprentis

La rémunération des apprentis

Avec la loi « Avenir professionnel » promulguée le 5 septembre 2018, la rémunération des apprentis a été sensiblement revue au 1er janvier 2019. Quelle est l’évolution prévue pour 2020 ? La tendance va-t-elle se poursuivre ?

Si les rémunérations minimales des contrats d’alternance augmenteront encore, leur progression sera beaucoup moins significative qu’en 2019. En effet, étant fonction du Smic, elles évolueront mécaniquement au même rythme que celui-ci, revalorisé lui aussi chaque année le 1er janvier. Or, sans coup de pouce du gouvernement, la hausse du salaire minimum devrait être, début 2020, proche de celle décidée en janvier dernier (+1,5%).

Contrats d’alternance : quatre catégories mises en place en 2019

Dans le détail, les rémunérations des jeunes apprentis répondent à des règles précises et elles augmentent au début des 2ème et 3ème années de leur contrat d’alternance. Pour établir cette grille de salaires, quatre catégories d’apprentis ont été définies par la loi, selon leur âge.

La première concerne les moins de 18 ans. Ils ont droit à 27% du Smic (ou du salaire minimum de branche, s’il est supérieur) la 1ère année, puis 39 % la 2ème année et 55% pour la fin de son contrat. Pour les 18-20 ans, le barème est de 43% la 1ère année, puis 51% et enfin 67%. Dans la troisième tranche, qui correspond aux 21-25 ans, ces taux s’élèvent à 53%, puis 61%, afin d’atteindre 78 % en 3ème année. Jusqu’en 2018, seules ces catégories existaient. Mais la loi de septembre 2018 a ouvert l’apprentissage aux 26-30 ans, créant ainsi une quatrième classification. Pour cette dernière, la rémunération équivaut au Smic, pour chacune des années d’alternance.

 

Aides accordées à l’employeur

En contrepartie de l’emploi d’un jeune en alternance, la société bénéficie d’une aide, fonction de la rémunération de l’apprenti. Cette aide unique à l’apprentissage, instaurée par la loi « Avenir professionnel » pour remplacer l’ensemble des aides qui coexistaient auparavant, peut atteindre jusqu’à 4 125 euros la 1ère année, 2 000 euros la 2ème année, et 1 200 euros la 3ème.

 

Retenues

L’employeur peut aussi prévoir des retenues sur la rémunération de l’apprenti, correspondant à des avantages en nature (nourriture, logement…). Toutefois, ces retenues ne peuvent pas dépasser 75% du Smic.

 

Pas de changement pour les contrats de professionnalisation

Concernant les contrats de professionnalisation, la loi de septembre 2018 n’a pas modifié le barème de leur rémunération. Pour les apprentis de moins de 21 ans disposant d’un diplôme inférieur au bac elle est de 55% du Smic et de 70% pour ceux de plus de 21 ans. Les bacheliers et les diplômés du supérieur ont, quant à eux, droit à 65% du Smic en dessous de 21 ans et 80% au-delà. Enfin, pour les apprentis de 26 ans et plus, le salaire ne doit être inférieur ni au niveau du Smic ni à 85% du minimum prévu par la convention collective.

 

En savoir plus :

 

Et pour aller plus loin, retrouvez toutes nos formations sur la gestion de la formation et le développement des compétences ! 

 

Pour ne rien manquer de l'actualité, téléchargez notre nouveau magazine Le Petit Francis !