Gestion-finance

La fin du crowdfunding est-elle actée ?

crowdfunding

De nombreux acteurs viennent d’annoncer leur retrait du marché. Le financement participatif est-il en train de vivre ses derniers instants au sein de l’Hexagone ?

En France, le financement participatif semble s’essouffler. Après la mise en liquidation d’Unilend, la plateforme SmartAngel a annoncé un changement de business model. Pourtant, au premier semestre 2018, les fonds collectés ont progressé de 36 %, selon les chiffres livrés par Financement participatif France. Dans le détail néanmoins, il apparaît que le financement par actions (equity) s’est replié de 50 % sur un an au premier trimestre, tandis que, dans le même temps, le crédit participatif (hors institutionnels) a stagné.

Parmi les facteurs qui expliquent le désengagement des financeurs, l’arrêt de la défiscalisation pour l’investissement dans les PME, suite à la suppression de l’ISF, a notamment pesé sur le financement des entreprises en actions. A cela s’ajoute une aversion au risque de la part des épargnants particuliers qui, par temps incertains, plébiscitent davantage la maîtrise du risque au potentiel de gain élevé.

Pour autant, le financement participatif pourrait revenir sur le devant de la scène. La loi Pacte prévoit notamment un élargissement des accès aux nouveaux produits financiers via les plateformes de financement participatif. A cela s’ajoutent les récents travaux de la Commission européenne visant à simplifier les levées de fonds. Dans ce contexte, le financement participatif pourrait connaître une nouvelle embellie, comme en témoigne l’acquisition immédiate de la défunte Unilend par la start-up PretUp.

 

Pour en savoir plus