• Toutes nos formations
    • Fiscalité
    • Patrimoine
    • Immobilier
    • Comptabilité
    • Consolidation-Normes IFRS
    • Compliance, audit et risques
    • Gestion-Finance
    • Paie
    • Droit social-GRH
    • Droit des affaires
    • Banque-Assurance
    • Performance individuelle et collective
  • Francis Lefebvre formation
    • L'entreprise
    • Nos valeurs
    • Nos équipes
    • Nos 6 engagements clients
    • Nos clients
  • Pédagogie
    • Notre expertise pédagogique
    • Nos intervenants
    • Innovations
    • Notre offre de formation
    • Nos homologations
    • Nos partenaires
  • Actualités
    • Toutes nos actualités
    • Évènements
  • Infos pratiques
    • Comment vous inscrire
    • FAQ
    • Nos centres de formations
    • Plan d'accès
    • Étapes-clés de votre formation
  • Contactez-nous
Immobilier

Immobilier : qui sont les acquéreurs franciliens ?

Le Crédit Agricole Ile-de-France livre les résultats de son baromètre logement. Une enquête basée sur les 18 000 prêts accordés sur l’ensemble de l’année par CA IDF (hors Seine-et-Marne).

En tête des départements les plus plébiscités par les acquéreurs franciliens : les Hauts-de-Seine, l’Essonne et Paris. La part des primo-accédants parmi les emprunteurs représente 59 % des acquisitions. En moyenne, ils sont âgés de 33 ans et empruntent 280 000 euros pour un projet d’un montant moyen de 336 000 euros. A noter, la part des primo-accédants qui choisissent de s’implanter à Paris s’établit à 14,4 %. Dans Paris intra-muros, le montant moyen du projet atteint 710 000 euros, tandis que l’âge moyen de l’acquéreur s’établit à 37 ans.

Les primo-accédants s’endettent pour une durée moyenne de 22 ans et 5 mois. Si les primo-accédants choisissent très majoritairement l’achat d’un appartement (à 73 %), les secundo-accédants sont plus enclins à se positionner sur une maison individuelle (à 56 %). Âgés en moyenne de 41 ans, ils s’endettent pour une durée moyenne de 17 ans et 5 mois pour financer un emprunt de 450 000 euros et un projet autour de 600 000 euros. A noter, en Ile-de-France, les logements anciens restent largement plus plébiscités que les logements neufs. Ils constituent 80 % des opérations au sein de la population des primo-accédants et 87 % au sein de la population des secundo-accédants.

 

En savoir plus :