• Toutes nos formations
    • Fiscalité
    • Patrimoine
    • Immobilier
    • Comptabilité
    • Consolidation-Normes IFRS
    • Compliance, audit et risques
    • Gestion-Finance
    • Paie
    • Droit social-GRH
    • Droit des affaires
    • Banque-Assurance
    • Performance individuelle et collective
  • Francis Lefebvre formation
    • L'entreprise
    • Nos valeurs
    • Nos équipes
    • Nos 6 engagements clients
    • Nos clients
  • Pédagogie
    • Notre expertise pédagogique
    • Nos intervenants
    • Innovations
    • Notre offre de formation
    • Nos homologations
    • Nos partenaires
  • Blog
    • Toutes nos actualités
    • Évènements
  • Infos pratiques
    • Comment vous inscrire
    • FAQ
    • Nos centres de formations
    • Plan d'accès
    • Étapes-clés de votre formation
  • Contactez-nous
  • Accueil
  • Actualités
  • Veille
  • Immobilier : des conditions d’emprunt encore très favorables
Immobilier

Immobilier : des conditions d’emprunt encore très favorables

Voici des années que les experts anticipent une possible remontée des taux d’intérêt. Reste que, pour l’heure, les conditions d’emprunt demeurent encore très favorables aux acquéreurs.

Selon le 28ème Observatoire des taux « Meilleurtaux.com », les conditions d’emprunt n’ont jamais été aussi favorables. Ainsi, en mars 2019, un emprunt à 20 ans se négociait autour de 1,55 %, contre 2,50 % en octobre 2015. A la même période, un emprunt à 15 ans se négociait autour de 1,35 %, contre 2,25 % quatre ans auparavant. Des chiffres qui permettent de tirer à la hausse la capacité d’emprunt des aspirants à la propriété. Pour un remboursement de 1000 euros par mois, le montant emprunté sur 20 ans s’établit désormais à 206 500 euros, contre 148 000 euros en 2008. Une capacité d’emprunt « record », selon Meilleurtaux.com qui constate une progression de 40 % en dix ans. En conséquence de ce contexte de taux bas, le nombre de transactions est tiré à la hausse. Entre mars 2018 et mars 2019, le nombre de dossiers de demandes de crédits immobiliers a progressé de 10 %.

 

  • Le prêt immobilier restera-t-il un produit de fidélisation pour les acteurs bancaires ?

 

Longtemps, le prêt immobilier a été un produit d’appel permettant aux banques traditionnelles de fidéliser les clients particuliers. Avec la loi PACTE, qui met fin à l’obligation de domiciliation des revenus au sein de la banque qui a octroyé l’emprunt immobilier, les établissements bancaires traditionnels pourraient perdre un précieux outil de fidélisation.

 

En savoir plus :