Compliance, audit et risques

Fraude documentaire : les connaître et les prévenir

fra

Contrefaçon, falsification, usage frauduleux, autant de menaces qui pèsent sur les particuliers et les entreprises. Les fraudes documentaires peuvent avoir des conséquences catastrophiques pour les particuliers comme pour les entreprises. Quelles solutions pour les détecter et s’en prémunir ?

Selon une enquête réalisée par Toluna pour Affinion en 2016, 34 % des Français déclarent avoir déjà été victimes d’une usurpation d’identité. Au total, quelques 10 000 fausses pièces d’identité sont, chaque année, confisquées par les services de l’État. Pour ces particuliers lésés, le rétablissement de leur situation peut prendre de longs mois, voire de longues années. Même constat du côté des entreprises, qui peuvent être l’objet de fraudes documentaires. Parmi les plus fréquentes, l’usurpation d’identité, la création de fausses pièces comptables ou encore la fabrication de documents contrefaits (relevés bancaires, feuilles de paie, factures, Kbis…), qui peuvent avoir de lourdes conséquences sur l’activité de l’entreprise. Des pratiques aux impacts financiers importants, auxquels s’ajoute un risque d’image et de réputation pour l’entreprise. A noter, les entreprises de plus petite taille, non dotées de département sécurité, sont souvent la première cible des fraudeurs. Plus vulnérables car moins organisées, elles doivent donc faire l’objet d’une stratégie de prévention particulièrement soignée.

 

Les mesures de prévention

Les experts de la détection des fraudes sont formels : les hackers opèrent souvent à partir d’informations glanées en ligne. Il convient donc d’apporter une attention toute particulière aux documents disponibles sur Internet, afin que ceux-ci ne puissent pas être plagiés ou modifiés avant d’être revendiqués comme authentiques. Autre mesure importante de précaution : la sensibilisation des collaborateurs au risque de fraude, quels que soient leur niveau hiérarchique et leur rôle dans l’entreprise. Il n’est pas rare en effet qu’un collaborateur pressé de terminer son travail sur un document confidentiel choisisse, le soir venu, de s’envoyer sur sa messagerie personnelle des documents internes à l’entreprise. Dans ces conditions, le risque de hacking s’intensifie. Il convient donc d’instaurer une véritable culture du risque en interne via la mise en place de formations et de réunions de sensibilisation.

 

Le rôle des conseils et des conseillers bancaires

De nombreux organismes proposent des journées de formation et de sensibilisation au risque de fraudes. Ces experts peuvent apporter de précieux conseils quant aux process de vérification de l’identité des clients et fournisseurs. A noter, les conseillers bancaires sont eux aussi souvent en première ligne dans les processus de détection des fraudes. Face à un client professionnel ou entreprise lui présentant des documents, il en va de sa responsabilité que de vérifier les informations transmises.

 

En savoir plus :