• Accueil
  • Actualités
  • Actus' FLF
  • FLF et la réforme de la formation professionnelle (suite, mais sans doute pas fin...)

FLF et la réforme de la formation professionnelle (suite, mais sans doute pas fin...)

« Les obligations de qualité » découlant de la réforme de la formation professionnelle sont de plus en plus structurantes pour les organismes de formation.

Les exigences de la réforme

Le décret du 30 juin 2015 relatif à la qualité des actions de formation professionnelle a deux conséquences majeures :

Tout d’abord, il renforce le rôle des organismes financeurs en leur attribuant la responsabilité d’évaluer la qualité des actions de formation selon 6 critères précis. En particulier le deuxième critère du décret, en ré-ouvrant le débat de l’évaluation des acquis des stagiaires fera sans doute couler beaucoup d’encre…

Ensuite, il affirme la nécessité pour les organismes de formation de bénéficier d’un label ou d’une certification qualité inscrite sur la liste du CNEFOP (Conseil National de l’Emploi, de la Formation et de l’Orientation Professionnelle).

Par ailleurs, pour rappel, la loi du 5 mars 2014 relative à la formation professionnelle, à l’emploi et à la démocratie sociale avait déjà modifié de manière substantielle les règles de financement des actions de formation en orientant les fonds mutualisés vers les formations qualifiantes.

Comment répond FLF  à ces nouvelles obligations ?

FLF a obtenu la certification OPQF (l’un des labels inscrits sur la liste du CNEFOP) au mois d’octobre dernier, au prix d’efforts importants de la part de Jonathan Frichet et Joëlle Monange notamment. Le dossier de demande de qualification compte plus de 1000 pages et couvre des sujets aussi variés que les actions en matière de recherche et développement, l’organigramme de la société, les CV des intervenants, ou les déroulés pédagogiques d’une sélection de formations.
 
De plus, notre organisme de formation poursuit ses actions de conception et de commercialisation d’une offre qualifiante selon 2 voies différentes :

La voie indirecte, en co-construisant des cursus de formation en partenariat avec des Universités ou des Grandes Écoles. Par exemple, nous proposons un Executive Master de Consolidation créé en 2015 avec l’Université Paris-Dauphine dans lequel l’une d’entre vous, Béatrice Bihl, est extrêmement impliquée (merci à elle !). Et depuis l’année dernière, certaines de nos formations en paie et droit social sont éligibles au CPF grâce à un partenariat noué avec Sup des RH.

La voie directe en proposant certains de nos cursus à l’inventaire de la CNCP. Mais je suis un peu superstitieuse et préfère ne pas en dire plus pour l’instant…Il faudra attendre le résultat !