• Toutes nos formations
    • Fiscalité
    • Patrimoine
    • Immobilier
    • Comptabilité
    • Consolidation-Normes IFRS
    • Compliance, audit et risques
    • Gestion-Finance
    • Paie
    • Droit social-GRH
    • Droit des affaires
    • Banque-Assurance
    • Performance individuelle et collective
  • Francis Lefebvre formation
    • L'entreprise
    • Nos valeurs
    • Nos équipes
    • Nos 6 engagements clients
    • Nos clients
  • Pédagogie
    • Notre expertise pédagogique
    • Nos intervenants
    • Innovations
    • Notre offre de formation
    • Nos homologations
    • Nos partenaires
  • Actualités
    • Toutes nos actualités
    • Évènements
  • Infos pratiques
    • Comment vous inscrire
    • FAQ
    • Nos centres de formations
    • Plan d'accès
    • Étapes-clés de votre formation
  • Contactez-nous
Droit social-GRH

Etude Wrike : Salaire Vs intérêt du job

Tel est l’un des constats de l’étude Happiness Index 2018*, réalisée par la plateforme de gestion du travail collaboratif Wrike.

A l’heure où le bien être au travail et où le sens derrière les missions font couler beaucoup d’encre, les salariés français semblent plus terre à terre. Ainsi, dans son étude, Wrike révèle que le salaire demeure l’élément prioritaire dans la mesure de satisfaction du travail. Il est cité par 34% des répondants français, devant l’intérêt du job (27%) et la flexibilité des horaires (16%). Un facteur salaire déterminant, puisque seuls 32% des salariés français accepteraient une baisse de salaire pour avoir un emploi plus intéressant, contre respectivement 54 et 58 % des britanniques et des américains. Seule la génération Z (18 – 24 ans) se distingue en plaçant le salaire en troisième position (15%), derrière la culture d’entreprise (26%) et l’intérêt du job (30%). Autre élément notable, les Français accordent une grande importance aux avantages sociaux et notamment aux vacances supplémentaires. Ils sont ainsi 42% des salariés français à considérer que les vacances supplémentaires influent sur leur degré de satisfaction au travail, contre 10% des salariés britanniques et 28% des américains.

*étude réalisée en novembre 2018 auprès d’un échantillon représentatif de 1000 employés en France, en Allemagne, au Royaume Uni et aux États-Unis, au sein d’entreprises de plus de 200 employés.

 

En savoir plus :