Droit social-GRH

Entretien avec Clara PITOLET - Juriste en droit social

P.17_(Juriste_droit_social)-Photo-Clara_PITOLET

La crise sanitaire a réellement eu un impact positif notamment sur les enjeux sociétaux qui sont désormais également davantage au cœur de la stratégie des entreprises.

Juriste en droit social au sein de Crédit Mutuel Alliance Fédérale

A quoi ressemble votre quotidien professionnel ? 

Mes journées de travail en entreprise sont riches et variées : conseil aux différents interlocuteurs RH sur les dossiers individuels des salariés, gestion des procédures de fin de contrat, disciplinaires, des dossiers de contentieux, rédaction et négociation des accords collectifs, conseil en relations collectives et participation aux instances représentatives du personnel ainsi qu’aux projets transverses RH et au développement des outils, animation de formations, etc. 

Comment définiriez-vous votre périmètre métier ? 

Vous l’avez compris, ce périmètre est très large. Le droit social est véritablement une matière très complète, en constante évolution et c’est ce qui m’a toujours intéressée. Au-delà de la matière juridique en tant que telle, en entreprise, la frontière avec les Ressources humaines est ténue et les dossiers sont ainsi très variés. Je découvre donc souvent de nouveaux sujets et je suis loin d’avoir fait le tour de ce métier. Et puis, en fonction de la structure au sein de laquelle le juriste travaille (moyenne entreprise ou grand Groupe, Fédération d’employeur, cabinet d’avocat, etc.), les missions peuvent être assez différentes. 

Citez 3 qualités pour exercer cette fonction ?  

Je dirais évidemment la rigueur et la capacité d’adaptation. Et il faut aussi de la créativité pour exercer cette fonction et trouver les solutions concrètes les plus adaptées à chaque situation. Évidemment, de nombreuses autres qualités me semblent nécessaires pour exercer ce métier qui consiste à faire le lien entre la loi et les réalités du terrain. 

Quel obstacle dans votre métier a été le plus dur à surmonter ? 

Il ne s’agit pas à proprement parler d’obstacle mais d’une situation inédite : la gestion de la crise sanitaire de la Covid-19 a généré de l’incertitude pour les salariés et une charge de travail supplémentaire conséquente pour les équipes RH que les juristes en droit social ont accompagnés avec réactivité tout au long de cette période compliquée. 

Quelle solution y avez-vous trouvé ?  

Avec un protocole sanitaire élaboré en lien avec les services RH, de l’adaptabilité et de la réactivité ainsi que le déploiement du télétravail, les salariés ont pu continuer d’exercer leur activité dans des conditions de travail adaptées et sereines. 

Quelles ont été les évolutions dans vos missions, suite à la crise sanitaire ?   

La crise sanitaire a réellement eu un impact positif notamment sur les enjeux sociétaux qui sont désormais également davantage au cœur de la stratégie des entreprises. Pendant et à l’issu de cette période, j’ai eu l’occasion de participer à la négociation de nombreux accords collectifs particulièrement ambitieux et novateurs : Qualité de Vie et des Conditions de Travail intégrant notamment des mesures visant à une meilleure conciliation vie professionnelle et vie personnelle des salariés, mise en place accélérée du télétravail régulier au sein de l’entreprise, égalité salariale entre les femmes et les hommes, en faveur des salariés en situation de handicap et des salariés proches aidants, etc. 

Comment voyez-vous votre métier dans 5 ans ?  

Bonne question ?! Je pense que la réglementation en droit du travail va nécessairement devoir être adaptée aux nouveaux modes d’organisation du travail (télétravail, nouveaux aménagements de bureaux, etc.) ainsi qu’aux enjeux sociétaux (égalité entre les femmes et les hommes, parentalité, etc.). Ce qui est certain c’est que le métier de juriste, garant de l’application des normes tout en les conciliant avec la réalité de l’entreprise, a encore de l’avenir ! 

Un conseil à donner aux futurs Juristes en droit social ? 

Réponse : Soyez curieux et intéressez-vous à l’activité de la structure pour laquelle vous travaillez. Vous pourrez ainsi nourrir votre expérience professionnelle et élargir votre champ de compétences. 

Quelles importances ont les soft skills dans votre métier ?  

Réponse : Les soft skills me semblent être des compétences aussi importantes que les compétences techniques. Le juriste en droit social se retrouve quotidiennement face à des situations individuelles, parfois problématiques et avant tout humaines et en interaction avec de nombreux interlocuteurs. Ces situations impliquent qu’il exerce sa fonction en faisant notamment preuve d’écoute et d’empathie en étant capable d’être force de proposition avec des solutions juridiques, pragmatiques et opérationnelles.

 

Téléchargez gratuitement notre livre blanc :

couverture_lb_ombre_nouveaux_enjeux__rh_quelle_difference_avec_le_monde_du_travail_d_hier
  • conge_de_proche_aidant_de_nouveaux_beneficiaires_depuis_le_1er_juillet_2022
    Droit social-GRH

    Un décret n° 2022-1037 du 22 juillet 2022 relatif au congé de proche aidant et à l'allocation journalière du proche aidant est venu compléter la liste des bénéficiaires de cette prestation. Congé de proche aidant : quelles conditions ? Selon l’article L. 3142-16 du Code du travail, les salariés ont...

  • Président du CSE
    Droit social-GRH

    Selon l’article L. 2315-23 du Code du travail, l’employeur, ou son représentant, préside le comité social et économique (CSE) des entreprises de plus de 50 salariés. Pour mener à bien cette mission, le président du CSE doit piloter la préparation, l’animation et le suivi des réunions du comité. Le...