• Accueil
  • Actualités
  • Veille
  • Économie mondiale 2022 : quelle situation et quels risques ?
Banque-assurance

Économie mondiale 2022 : quelle situation et quels risques ?

economie_mondiale_2022_quelle_situation_et_quels_risques

Dans sa cartographie des marchés et des risques 2022 publiée le 6 juillet 2022, l'Autorité des marchés financiers (AMF) constate une dégradation de la situation économique mondiale liée au conflit russo-ukrainien et au durcissement des contraintes sanitaires en Chine. Selon l’AMF, en raison des niveaux de prix sur certains marchés et des excès d’endettement, le risque de correction abrupte des marchés constituerait la principale vulnérabilité de l’environnement financier.

Un environnement économique mondial dégradé

La guerre en Ukraine et les mesures restrictives prises par la Chine pour lutter contre la résurgence de l’épidémie de covid-19 ont altéré la reprise économique débutée après la crise sanitaire et perturbé les chaînes d’approvisionnement dans de nombreux secteurs. Au niveau mondial, cet état de fait s’est traduit par de nombreuses conséquences :

  • une augmentation des tensions inflationnistes et de la volatilité des prix : en mai 2022, la hausse des prix atteignait 8,6 % sur un an aux États-Unis et 8,1 % dans la zone euro, les cours de certaines matières premières (blé, nickel, pétrole, gaz, etc.) étant multiplié par deux ou trois ;
  • un repli des marchés boursiers mondiaux : le CAC 40 avait perdu près de 15 % de sa valeur en juin 2022 par rapport à la fin de l’année 2021, et les marchés de crypto-actifs (Bitcoin, etc.) ont connu de fortes variations durant le premier semestre 2022 ;
  • une accélération du processus de normalisation monétaire des banques centrales : la Réserve fédérale américaine (Fed) a augmenté ses taux directeurs dès le début 2022, et ce, à plusieurs reprises, suivie par la Banque centrale européenne (BCE) en juillet 2022 ;
  • des perspectives de croissance revues à la baisse : l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a prévu dans ses Perspectives économiques de juin 2022 que l’économie mondiale pourrait progresser de 3 % en 2022, soit 1,5 point de moins que lors des prévisions de décembre 2021.

Des risques économiques et financiers accrus

Selon l’AMF, si la guerre en Ukraine perdure et que cette situation économique se prolonge, plusieurs risques pourraient apparaître.

Une accentuation de la hausse des taux d’intérêt à long terme serait non seulement susceptible d’entraîner de nouvelles corrections boursières, mais risquerait également de dégrader les conditions de financement des agents économiques déjà fragilisés par la crise sanitaire. Dans les pays émergents, cette hausse des taux d’intérêt pourrait causer une dépréciation des monnaies, avec le risque d’une crise alimentaire dans les pays dépendant de l’Ukraine et de la Russie pour les produits agricoles.

En outre, une autre catégorie de risques est à craindre : l’insolvabilité des entreprises, notamment dans les pays qui dépendent le plus des livraisons de gaz et de pétrole russes, comme l’Allemagne ou l’Italie, et dans les secteurs très consommateurs d’énergie, comme l’automobile. Les entreprises, dont l’endettement s’est accru pendant la crise sanitaire, pourraient également être pénalisées si elles ne peuvent pas répercuter l’augmentation des coûts de production sur leurs prix de vente et doivent donc réduire leurs marges. Leurs investissements en seraient d’autant freinés.

Le financement de la transition énergétique pourrait enfin être plus difficile à réaliser si la hausse des taux d’intérêt se maintient, car ces investissements longs et offrant une rentabilité plus faible seront moins attractifs.