• Toutes nos formations
    • Fiscalité
    • Patrimoine
    • Immobilier
    • Comptabilité
    • Consolidation-Normes IFRS
    • Compliance, audit et risques
    • Gestion-Finance
    • Paie
    • Droit social-GRH
    • Droit des affaires
    • Banque-Assurance
    • Performance individuelle et collective by Elegia
  • Francis Lefebvre formation
    • L'entreprise
    • Nos valeurs
    • Nos équipes
    • Nos 6 engagements clients
    • Nos clients
  • Pédagogie
    • Notre expertise pédagogique
    • Nos intervenants
    • Innovations
    • Notre offre de formation
    • Nos homologations
    • Nos partenaires
  • Blog
    • Toutes nos actualités
    • Évènements
    • Livres blancs
    • Glossaire
    • Podcasts
  • Infos pratiques
    • Comment vous inscrire
    • FAQ
    • Nos centres de formations
    • Plan d'accès
    • Étapes-clés de votre formation
    • Mon espace formation
  • Contactez-nous
  • Accueil
  • Actualités
  • Veille
  • COVID-19 : prorogation exceptionnelle des délais de formation obligatoire des conseillers prud'hommes
Droit social-GRH

COVID-19 : prorogation exceptionnelle des délais de formation obligatoire des conseillers prud'hommes

Un décret du 27 avril 2020 proroge les délais impartis aux conseillers prud'hommes pour satisfaire à leur obligation de formation initiale suite à l'annulation de certaines sessions de formation en raison de la crise sanitaire liée au Covid-19.

Les conseillers prud’hommes nouvellement désignés et n’ayant jamais exercé de mandat prud’homal doivent suivre une formation initiale organisée par l’École nationale de la magistrature (ENM) (Articles L. 1442-1 et D.1442-10-1 du code du travail).

Cette formation, commune aux conseillers employeurs et salariés, est obligatoire. Elle doit, en principe, être suivie dans un délai de 15 mois à compter du premier jour du deuxième mois suivant leur nomination. A défaut, les conseillers sont réputés démissionnaires (article L. 1442-1 du code du travail).

Par ailleurs, le conseiller doit avoir commencé à suivre la formation initiale pour suivre la formation continue (article D. 1442-10-1 du code du travail).

Toutefois, pour tenir compte de l’annulation des sessions de formation par l’ENM en raison de la crise sanitaire liée à l’épidémie de Corvid-19, un décret du 27 avril 2020, publié au Journal officiel du 29 avril, apporte des dérogations aux règles précitées.

Ainsi, à titre exceptionnel :

  • Les conseillers nommés par arrêté du 14 décembre 2018 qui n’ont pas suivi leur formation initiale à la date du 30 avril 2020, disposent, à compter de cette date, d’un délai supplémentaire d’un an pour satisfaire à leur obligation de formation initiale ; les conseillers nommés par arrêté du 30 octobre 2019 qui n'ont pas suivi leur formation initiale au 28 février 2021, disposent, à compter de cette date, d’un délai supplémentaire d’un an pour satisfaire à leur obligation de formation initiale ;
  • Les conseillers qui ont déposé leur candidature entre le 22 janvier 2020 à 12 heures et le 24 février 2020 à 12 heures pourront suivre leur formation dans un délai de quinze mois à compter du premier jour du huitième mois suivant leur nomination.

Enfin, par dérogation à l’article D.1442-10-1 du code du travail, le décret prévoit également que les conseillers prud’hommes nommés par arrêté du 30 octobre 2019 ainsi que ceux qui ont déposé leur candidature entre le 22 janvier 2020 à 12 heures et le 24 février 2020 à 12 heures, ne sont pas tenus de commencer à suivre la formation initiale pour suivre la formation continue.

Auteur : Mathieu Lajoinie, Avocat en droit social

  • Nouveautés sur les détachés/expatriés
    Droit social-GRH

    Le gouvernement avait jusqu’au 30 juillet 2020 pour adapter la directive européenne 2018/957 du 28 juin 2018 relative au détachement des travailleurs en droit français. Après l’entrée en vigueur d’une ordonnance en 2019, un arrêté et un décret publiés au JO du 29 juillet 2020 finalisent la mise en...

  • Retour du chômage partiel pour garde d’enfants
    Droit social-GRH

    Dans un communiqué du 9 septembre 2020, le ministère des Solidarités et de la Santé remet en place des dispositifs d’indemnisation à destination des parents « n’ayant pas d’autre choix que de s’arrêter de travailler pour garder leurs enfants en raison de la fermeture de leur crèche, école ou collège...