• Toutes nos formations
    • Fiscalité
    • Patrimoine
    • Immobilier
    • Comptabilité
    • Consolidation-Normes IFRS
    • Compliance, audit et risques
    • Gestion-Finance
    • Paie
    • Droit social-GRH
    • Droit des affaires
    • Banque-Assurance
    • Performance individuelle et collective by Elegia
  • Francis Lefebvre formation
    • L'entreprise
    • Nos valeurs
    • Nos équipes
    • Nos 6 engagements clients
    • Nos clients
  • Pédagogie
    • Notre expertise pédagogique
    • Nos intervenants
    • Innovations
    • Notre offre de formation
    • Nos homologations
    • Nos partenaires
  • Blog
    • Toutes nos actualités
    • Évènements
    • Livres blancs
    • Glossaire
    • Podcasts
  • Infos pratiques
    • Comment vous inscrire
    • FAQ
    • Nos centres de formations
    • Plan d'accès
    • Étapes-clés de votre formation
    • Mon espace formation
  • Contactez-nous
  • Accueil
  • Actualités
  • Veille
  • COVID-19 : le secteur assurantiel face à l'épreuve du coronavirus
Banque-assurance

COVID-19 : le secteur assurantiel face à l'épreuve du coronavirus

Pour le secteur de l'assurance, l'arrêt de nombreuses activités économiques pendant la période de confinement fait peser le risque de devoir débourser des montants élevés pour couvrir les pertes des assurés. Les craintes pour le secteur assurantiel doivent néanmoins être tempérées.

 

Par définition, les particuliers comme les entreprises ont recours à une assurance pour se couvrir contre la survenue d'événements négatifs indépendants de leur volonté. L'actuelle pandémie de Covid-19 entre pleinement dans cette définition et pousse à s'interroger : les assureurs pourront-ils faire face à cette situation ? Le souvenir de la faillite d'AIG, sauvé de justesse par l’État américain lors de la crise de 2008, n'est pas si lointain.

 

Le risque pandémique est devenu un risque systémique

Le risque pandémique n'est pas inconnu dans le monde de l'assurance, bien au contraire. En Europe, la réglementation « Solvabilité II » intègre ce risque parmi les « catastrophes » que les assureurs doivent prendre en compte dans leurs simulations de résistance financière. Cette exigence est définie à l'article 160 du Règlement délégué 2015/35 de la Commission européenne.

 

Néanmoins, les calculs actuariels prévus dans ce cadre devraient se révéler obsolètes dans le cas du Covid-19, qui implique un confinement strict de la population (a priori non anticipé) et un arrêt simultané de nombreuses activités, contrairement aux autres épidémies connues jusqu'à présent (SIDA, SRAS, grippes). La situation actuelle correspond en réalité à la survenue de plusieurs risques simultanés : pandémie, mais aussi chute d'activité, chute de la consommation, hausse du chômage et probable bond des impayés et des faillites.

 

À l'heure actuelle, aucun assureur n'a communiqué sur les pertes que la situation pourrait engendrer, mais les premières estimations apparaîtront nécessairement fin avril – début mai avec la publication des résultats du premier trimestre des grands assureurs cotés en Bourse.

 

Les assureurs peuvent faire face et resteront soutenus par les États

Malgré cette situation exceptionnelle, les risques encourus par les assureurs peuvent être modérés pour plusieurs raisons.

 

Tout d'abord, la mention des cas de pandémie reste relativement rare dans les contrats d'assurance, qui se concentrent traditionnellement sur les incidences matérielles. Les annulations d'événements ou les fermetures temporaires de commerces ne donnent donc pas forcément lieu à des dédommagements. Des débats sont toutefois d'ores et déjà ouverts pour savoir si l'épidémie doit être requalifiée en catastrophe naturelle et si le confinement peut constituer un « cas de force majeure », ce qui élargirait considérablement les cas d'application des contrats d'assurance.

Néanmoins, il faut rappeler que pour faire face à la survenue de risques extrêmes de ce type, les compagnies d'assurance se couvrent elles-mêmes auprès de réassureurs. Une partie des pertes seront ainsi réparties et diluées entre assureurs et réassureurs de manière à mieux absorber le choc.

 

Enfin, les plans d'aide financière d'ores et déjà annoncés par les différents États devraient pleinement soutenir le secteur assurantiel en cas de difficultés, notamment via des prêts de long terme accordés aux établissements les plus fragilisés. Les États ne laisseront pas tomber les assureurs dans le contexte actuel, notamment pour empêcher d'alimenter le risque systémique.

 

Pour en savoir plus :

 

Pour approfondir vos connaissances, retrouvez nos classes virtuelles spéciales COVID-19 !

Et pour aller plus, découvrez nos formations en assurance : son environnement juridique et règlementaire !

  • Bâle III, changement de donne
    Banque-assurance

    Bâle III devait être transposé en droit européen dans le courant de l’année 2020. En raison de la crise du Covid-19, le comité de Bâle a choisi de reporter d’un an la réforme prudentielle. Chargé de la régulation bancaire mondiale, le comité de Bâle traite des sujets relatifs à la supervision...

  • Panorama de la réglementation bancaire : récentes importantes modifications
    Banque-assurance

    Plusieurs décisions majeures ont été prises tout récemment par les organes de supervision bancaire suivants : le Comité de Bâle sur le contrôle bancaire (Comité de Bâle) / Basel Committee on Banking Supervision (BCBS) ; la Banque Centrale Européenne (BCE) / European Central Bank (ECB) ; l’Agence...