Francis Lefebvre formation
Ensemble, accélérons votre expertise
Recherche avancée
Espace
client
Votre panier :
0 formation

Des relances clients aux créances douteuses ou irrécouvrables

18/05/2017


La comptabilité clients permet d'enregistrer les ventes d'une entreprise et de suivre les comptes clients individuellement. Elle recouvre de nombreuses facettes qui vont bien au-delà du simple enregistrement des ventes de l'entreprise.
 
Les aléas des affaires font que les créances ne sont pas sans risques. Certaines deviennent irrécouvrables lorsque les clients ne peuvent plus les payer. S'occuper de la comptabilité client d'une entreprise, c'est donc aussi s'occuper du recouvrement des créances douteuses et des créances litigieuses. C'est enfin porter une attention particulière aux délais de prescription.
 
L'intérêt d'une comptabilité clients à jour pour faciliter les relances des clients indélicats
 
Une comptabilité clients à jour doit permettre le suivi des créances clients qui pourront être classées en clients douteux et faire l'objet d'écritures de dépréciations à la clôture de l'exercice. De la vitesse de réaction du créancier dépendent généralement ses chances d'obtenir le paiement de sa créance.
 
Si la comptabilisation des factures de ventes est de plus en plus souvent automatisée, ce n'est pas le cas du lettrage des comptes clients.
 
Un lettrage rapide de ces comptes permet de justifier les comptes clients et de faire ressortir rapidement les factures non réglées. Ce travail est d'autant plus important que la prescription est courte. Lorsque le client est un autre commerçant, la prescription est de cinq ans mais lorsqu'il s'agit d'un consommateur, la prescription est limitée à deux ans.
 
La comptabilisation des créances douteuses à la clôture de l'exercice
 
Les créances deviennent « douteuses » lorsque les clients rencontrent des difficultés de trésorerie et ne sont pas en mesure de régler leurs dettes. En réalité, ce n'est pas la créance qui devient douteuse mais ses chances de règlement. La créance est toujours certaine dans son montant et dans son principe. Si le client conteste la créance, elle devient litigieuse.
 
Deux écritures doivent être passées à la clôture de l'exercice. Le créance est transférée dans un compte 416 « clients douteux » et une écriture de dépréciation du compte client sera passée.
 
L'évaluation de la dépréciation n'est pas toujours simple. Le risque de non-recouvrement s'apprécie en principe créance par créance et doit être justifié. L'utilisation d'une méthode statistique reste possible sous conditions.
 
Pour plus d'informations sur les règles d'évaluation des créances douteuses et irrécouvrables, nous vous proposons la formation suivante : « Comptabilité clients : aspects juridiques, comptables et fiscaux ».
 
Prenons l'exemple d'une société qui vend des marchandises à un client X pour 12 000€ TTC. À la clôture de l'exercice, la société apprend que ce client rencontre de sérieuses difficultés. Elle fait appel à un avocat pour le recouvrement de sa créance. Ce dernier évalue les chances de paiement à 50% de la créance hors taxes. Nous supposerons que cette évaluation est suffisamment fiable.

Numéro de compte Clôture de l'exercice Montant
Débit Crédit Débit Crédit
416000   Constatation de la créance douteuse du client X 12000€  
  411CLTX Constatation de la créance douteuse du client X   12000€

 

Numéro de compte Clôture de l'exercice Montant
Débit Crédit Débit Crédit
681740   Dépréciation de la créance du client X 5000€  
  491000 Dépréciation de la créance du client X   5000€
 
La comptabilisation des créances devenues définitivement irrécouvrables
 
La créance irrécouvrable est la créance qui ne sera jamais réglée ou pour laquelle l'entreprise ou la société a perdu la possibilité de poursuivre son client pour en obtenir le paiement.
 
La créance irrécouvrable est celle que l'entreprise détient sur un client qui a fait l'objet d'une procédure de liquidation judiciaire par exemple. C'est aussi la créance qui est restée dans les comptes pendant plus de cinq ans (relations entre commerçants) ou plus de deux ans pour un client particulier. Elle est prescrite.
 
Pour annuler la créance par une écriture de créance irrécouvrable, la perte correspondante doit être définitive. La TVA sera récupérable sous certaines conditions.
 
La créance irrécouvrable sera alors comptabilisée dans un compte 654 « perte sur créance irrécouvrable ».
 
Voici les écritures à passer à partir de l'exemple précédent. Nous supposons ici que la créance est finalement devenue irrécouvrable dans sa totalité. La société a respecté le formalisme pour la récupération de la TVA. La dépréciation sera annulée en même temps que la créance.
 
Numéro de compte Clôture de l'exercice Montant
Débit Crédit Débit Crédit
654000   Perte sur créance irrécouvrable 10000€  
445800   Perte sur créance irrécouvrable 2000€  
  416000 Perte sur créance irrécouvrable   12000€

 
Numéro de compte Clôture de l'exercice Montant
Débit Crédit Débit Crédit
445710   Constatation de la TVA à régulariser 2000€  
  445800 Constatation de la TVA à régulariser   2000€


Numéro de compte Clôture de l'exercice Montant
Débit Crédit Débit Crédit
491000   Reprise de la dépréciation de la créance du client X 5000€  
  7817400 Reprise de la dépréciation de la créance du client X   5000€
 
Pour aller plus loin :
 
Violetta Julian, expert-comptable, commissaire aux comptes et intervenantes chez Francis Lefebvre Formation, vous transmet ses connaissances et expériences le 19 et 20 septembre ou le 20 et 21 novembre 2017 lors de la formation « Comptabilité clients – aspects juridiques, comptables et fiscaux »